Nicolas Laffont devient le deuxième francophone à recevoir le Prix Média Ross Munro

Nicolas Laffont aux cotés des élèves officiers du Collège militaire royal Saint-Jean lors d'un exercice en plein hiver se réchauffe avec une ration de l'Armée canadienne.
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le fondateur de 45eNord.ca, Nicolas Laffont, a été choisi à l’unanimité par un jury de l’Institut de la Conférence des associations de la défense comme lauréat du Prix Média Ross Munro 2017.

Nicolas Laffont n’est que le deuxième francophone et le deuxième plus jeune en 16 ans à recevoir ce prix prestigieux qui commémore Ross Munro, le célèbre correspondant de guerre canadien qui fut l’auteur de reportages tout au long de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

Institué en 2002 par la Conférence des associations de la défense (CAD) et l’Institut de la CAD, un organisme non partisan dont le mandat est d’offrir un soutien de recherche pour permettre un débat public informé sur les questions de sécurité et de défense, le prix Média Ross Munro est décerné à des journalistes qui ont fait une contribution «significative et extraordinaire» à l’amélioration de la compréhension par les Canadiens des questions de sécurité et de défense.

Les récipiendaires du prix doivent avoir produit des travaux exceptionnels concernant les efforts des Forces armées canadiennes dans la préservation des valeurs démocratiques canadiennes.

[toggle title= »RÉCIPIENDAIRES PRÉCÉDENTS » load= »hide »]Les récipiendaires précédents du prix sont Stephen Thorne (2002), Garth Pritchard (2003), Sharon Hobson (2004), Bruce Campion-Smith (2005), Christie Blatchford (2006), Matthew Fisher (2007), Alec Castonguay (2008), Brian Stewart (2009), Murray Brewster (2010), Rosie DiManno (2011), Adam Day (2012), (il n’y a pas eu de récipiendaire en 2013), Louie Palu (2014), Christina MacLean (2015), et Richard Madan (2016).[/toggle]

«Nos journalistes […] continuent de jouer un rôle crucial dans notre société, et nous sommes très heureux que le lauréat, M. Nicolas Laffont, se soit mérité le respect et la reconnaissance de la communauté francophone grâce à sa couverture médiatique touchant les enjeux de la sécurité et de défense, tout en poursuivant l’exemple établi par M. Ross Munro», a déclaré Denis Rouleau, Président de la CAD, et président du comité de sélection pour le Prix Média Ross Munro.

Les premiers reportages sur les Forces armées canadiennes de celui qui n’était encore qu’un jeune étudiant de 24 ans remontent à 2011. Puis, ce qui a commencé comme un «loisir» pour le jeune apprenti journaliste qui faisait encore ses classes, est devenu une passion et, de cette passion est né un blogue personnel qui s’est par la suite mué en véritable média web alors qu’était lancé 45eNord.ca en février 2012.

Depuis, le jeune homme a mûri, est devenu un journaliste aguerri et un expert que consultent plusieurs médias.

Le travail de Nicolas Laffont, basé sur une recherche approfondie et des centaines d’entrevue, a au fil des ans permis aux francophones de mieux connaître les militaires, leur institution, ainsi que leurs efforts pour remplir les missions données par le gouvernement canadien.

Pour rencontrer soldats, officiers, jeunes recrues, vieux routiers, hommes politiques, ministres, de la jeune recrue au ministre de la Défense en passant par le chef d’état-major, Nicolas Lafont n’a cessé d’être en perpétuel déplacements, multipliant les visites auprès des troupes canadiennes déployées opérationnellement à l’extérieur du pays alors qu’elles sont en pleine action.

«C’est bien évidemment un honneur que de recevoir ce prix, qui récompense ces nombreux moments passés avec nos troupes sur le terrain, mais qui rend hommage par extension au travail accompli par l’ensemble de nos collaborateurs à 45eNord.ca, mais aussi à nos lecteurs, nos militaires, nos vétérans, qui nous suivent et ne désirent qu’une chose: voir et comprendre avec une information au plus près de l’action», a déclaré Nicolas Laffont.

Le prix lui sera officiellement remis le 22 février prochain, durant la Conférence sur la Défense et la sécurité, à Ottawa.

Toujours «au plus près de l’action», en Afghanistan, en Europe, au Moyen-Orient, dans le Pacifique ou dans les étendues glacées du Grand Nord, le travail de Nicolas Laffont aura été un pont entre les militaires et les citoyens qu’ils servent. C’est pourquoi, comme on le dit aux soldats, nous pouvons dire aujourd’hui à M. Laffont, Bravo Zulu et merci pour votre service.