Pakistan: Washington pourrait geler jusqu’à 2 milliards $ de dollars d’aide

Des manifestants pakistanais brûlent un drapeau américain à Quetta, dans le nord-ouest du pays, le 4 janvier 2018. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des manifestants pakistanais brûlent un drapeau américain à Quetta, dans le nord-ouest du pays, le 4 janvier 2018. (AFP)

Les États-Unis pourraient suspendre jusqu’à 2 milliards de dollars d’aide au Pakistan, a indiqué vendredi un responsable américain, sur fond d’exaspération de Washington face au laxisme supposé d’Islamabad dans la lutte anti-terroriste.

« Il y a environ deux milliards de dollars d’équipement et de financement de soutien à la coalition qui sont en jeu », a indiqué ce responsable sous couvert d’anonymat.

Le Pakistan a qualifié de « contreproductive » cette décision annoncée jeudi par le département d’État qui a en particulier évoqué le gel des paiements prévus dans le cadre du « fond de soutien de la coalition » destiné à rembourser au Pakistan ses dépenses liées aux opérations antiterroristes.

Mais dans une réaction empreinte de prudence, le ministère pakistanais des Affaires étrangères a aussi souligné être « en contact avec l’administration américaine » et dans l’attente de plus de détails.

En dépit des démentis répétés d’Islamabad, Washington est convaincu de la duplicité du Pakistan, accusé d’être trop complaisant à l’égard de groupes insurgés comme les talibans afghans ou leurs alliés du réseau Haqqani.

Cette décision intervient quelques jours après les menaces à la tonalité très peu diplomatique de Donald Trump sur Twitter.

« Les Etats-Unis ont bêtement donné 33 milliards de dollars d’aide au Pakistan ces quinze dernières années et ils ne nous ont rien donné en retour si ce n’est des mensonges et de la duplicité, prenant nos dirigeants pour des idiots », avait-il lancé. « Ils abritent les terroristes que nous chassons en Afghanistan, sans aide de leur part. C’est fini! »

L’annonce américaine a, sans surprise, été très bien accueillie en Afghanistan. « Cela fait des années que nous disons que notre voisin le Pakistan fournit des sanctuaires aux groupes terroristes et qu’il finance aussi des groupes terroristes », a indiqué un porte-parole du ministère de l’Intérieur.