En plein scandale de fraudes à l’ambassade, la ministre Bibeau se rend en Haïti

69
La ministre du Développement international Marie-Claude Bibeau‏ le 27 février 2017 au camp Ashti en Irak où des milliers de réfugiés syriens et de déplacés internes sont aidés par le Canada et l'UNICEF, le PAM et le Programme de développement de l'ONU.(Twitter/@mclaudebibeau)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Des personnels de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH), en coopération avec l’ONG Catholic Relief Services, livrent des traitements anticholériques dans le sud de l’île en octobre 2013.(Victoria Hazou/MINUSTAH)

Au moment où éclate le scandale des fraudes à l’ambassade du Canada en Haïti, la ministre canadienne du Développement international, Marie-Claude Bibeau, effectuera une troisième visite en Haïti, du 18 au 21 février 2018.

Des employés haïtiens de l’ambassade canadienne auraient fraudé le Canada pour au moins 1,7 million de dollars. Un des stratagèmes utilisés était de gonfler les factures de réparation du parc de véhicules de l’ambassade.

Une fois sur deux, rapportait ce matin le quotidien montréalais La Presse, les réparations coûtaient plus de 30 000 $. À une occasion, les réparations sur un seul véhicule avaient coûté 92 000 $, soit beaucoup plus que ce que la plupart des gens paieraient pour un véhicule neuf. Et les fonctionnaires payaient, à même les fonds publics.

Mais le Canada et Haïti jouissent d’une relation privilégiée et les relations entre les deux pays sont plus fortes que le scandale.

Le Canada tisse depuis longtemps des liens étroits avec ce pays et il est solidaire du peuple haïtien.

Le Canada a joué un rôle important au sein de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), qui a débuté en 2004 et pris fin le 15 octobre 2017 avec le retrait des militaires et il poursuit dorénavant son engagement au sein de la nouvelle Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH).

À l’occasion de sa visite en Haïti, la ministre Bibeau rencontrera le président Jovenel Moïse, le premier ministre Jack Guy Lafontant et d’autres représentants du gouvernement afin de passer en revue le programme de coopération du Canada, de discuter des priorités communes pour le développement d’Haïti et d’aborder les façons, pour les deux pays, de renforcer leurs mécanismes de coopération et de reddition de comptes.

La ministre soulignera le soutien qu’apporte le Canada dans le secteur de la santé en Haïti et fera valoir, auprès du gouvernement haïtien, l’importance de ce secteur pour le développement du pays.

La ministre se rendra également sur les lieux de projets de développement appuyés par le Canada et rencontrera des acteurs clés qui soutiennent le renforcement du pouvoir des femmes et des filles, et qui sont actifs dans les domaines de la santé et du développement agricole.

«En appuyant le renforcement du pouvoir des femmes et des filles en Haïti, c’est toute la population de ce pays que le Canada veut rendre plus forte, plus résiliente et plus autonome. Je suis heureuse de me rendre à Port-au-Prince afin de poursuivre nos discussions avec différents partenaires du gouvernement et de la société civile, en vue de multiplier nos réalisations communes.», a déclaré la ministre Bibeau.

Faits en bref

Le programme pour Haïti est l’un des plus importants programmes de développement du Canada. Le Canada est le deuxième donateur bilatéral en importance en Haïti, après les États-Unis.

Les priorités actuelles du Canada en Haïti sont la défense de la dignité humaine, notamment en ce qui concerne la santé, le renforcement du pouvoir des femmes et des filles, la croissance pour tous, la lutte aux changements climatiques, la gouvernance inclusive ainsi que la paix et la sécurité.

Le Canada est l’un des principaux donateurs dans le secteur de la santé en Haïti. Le soutien octroyé vise à améliorer la qualité et l’accessibilité du système de santé pour tous les Haïtiens, plus particulièrement en ce qui a trait aux soins de santé offerts dans les régions les plus mal desservies d’Haïti.