Le voyage en Inde de Justin Trudeau enfin terminé

0
Le premier ministre Justin Trudeau souligne de nouvelles ententes entre le Canada et l’Inde dans plusieurs domaines tels que l’éducation, la sécurité, le développement durable, le commerce et la santé des femmes, lors d’une cérémonie d’échange d’accords avec son homologue indien Narendra Modi, vendredi 23 février 2018 à New Delhi. (Twitter/@PMcanadien)

Le premier ministre Justin Trudeau a mis fin samedi à son périple mouvementé d’une semaine en Inde par un événement festif au Haut-Commissariat canadien, à New Delhi, où il a rencontré des joueuses de hockey indiennes parrainées par l’ancienne vedette canadienne Hayley Wickenheiser et assisté à un match amical de hockey balle.

Justin Trudeau s’est aussi adressé ce samedi à 5000 étudiants indiens réunis dans le stade Indira Gandhi avec qui il a partagé sa vision du monde.

Mais le bilan de ce voyage semble bien mince: plusieurs ententes, des partenariats touchent les domaines de l’éducation, de la sécurité, du développement durable, du commerce et de l’investissement, ainsi que de la santé et de l’autonomisation des femmes, mais, apparemment, rien de majeur.

Du côté des investissements indiens au Canada, des projets 250 millions $ qui devraient créer 5800 emplois s’ils se matérialisent, mais dont un seul, le projet l’entreprise médicale Jubilant Life Sciences qui devrait investir 100 millions pour agrandir ses installations de Kirkland, dans l’Ouest-de-l’Île de Montréal, a été précisé.

Ce voyage aura plutôt été l’occasion de plusieurs faux pas.

Accueilli à son arrivée par un ministre junior, ayant du attendre vendredi, avant dernier jour de son voyage, pour enfin pouvoir rencontré son homologue indien, Narendra Modi, critiqué, aussi bien en Inde qu’au Canada, pour les nombreuses tenues vestimentaires indiennes plus ou moins «folkloriques» que lui et sa famille ont portées pendant ce voyage, le premier ministre canadien s’est aussi empêtré dans une polémique sur le soutien présumé de certains membres de son gouvernement au mouvement séparatiste sikh.

Le comble: un extrémiste sikh, Jaswal Atwal, invité par un parlementaire canadien, a assisté à un événement du premier ministre lors de son séjour en Inde.

Jaswal Atwal avait été reconnu coupable de tentative de meurtre contre l’ancien ministre indien Malkiat Singh Sidhu, des événements qui sont survenus sur l’île de Vancouver en 1986. Il avait aussi été accusé, sans être condamné, relativement à l’attaque en 1985 contre Ujjal Dosanjh, un fervent opposant au mouvement séparatiste sikh qui est devenu plus tard premier ministre de la Colombie-Britannique et ministre libéral à Ottawa.

Le bureau du premier ministre a affirmé que l’invitation adressée à Atwal était une erreur et qu’elle avait été retirée du moment que son nom avait été repéré sur la liste d’invités, mais le controversé personnage s’était de toutes façons présenté à une autre réception plus tôt dans la semaine à Mumbai où il avait été photographié avec la femme du premier ministre, Sophie Grégoire.

L’opposition conservatrice à Ottawa a donc réclamé une rencontre d’urgence du comité sur la sécurité nationale pour en savoir davantage sur la surprenante participation d’un homme reconnu coupable de tentative de meurtre à une réception du premier ministre Trudeau en Inde, le porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, Pierre Paul-Hus, disant souhaiter que le comité de la Chambre des communes sur la sécurité publique et nationale se penche sur cette affaire.

*Avec PC



Les commentaires sont fermés.