Le voyage indien de Trudeau tourne de plus en plus en «eau de boudin»

0
Le 21 février à Amitsar, le premier ministre canadien Justin Trudeau serre la main du chef du gouvernement du Pendjab Amarinder Singh, qui avait refusé la semaine précédente de rencontre le ministre de la Défensse harjit Sajjan, l’accusant d’avoir des sympathies séparatistes. (Amritsar District Public Relations Officer)

Déjà terni par la froideur de l’accueil des autorités, le voyage en Inde du Premier ministre canadien Justin Trudeau s’est encore gâté jeudi avec la découverte d’une invitation faite à un extrémiste sikh.

La diplomatie canadienne a annulé au dernier moment l’invitation de Jaspal Atwal à un dîner présidé par le chef de gouvernement jeudi soir. Un impair qui tombe mal alors que M. Trudeau essaye de contrer la perception à New Delhi qu’il ménage les mouvements séparatistes sikhs au Canada pour des raisons électorales.

« Nous prenons cette situation extrêmement au sérieux. L’individu en question n’aurait jamais dû être convié », a déclaré le dirigeant canadien à la presse en marge d’une conférence d’affaires dans la capitale indienne.

Le parlementaire à l’origine de cette invitation « a assumé et assumera la complète responsabilité de ses actions », a-t-il ajouté.

Jaspal Atwal avait été condamné à 20 ans de prison pour la tentative d’assassinat en 1986 au Canada d’un homme politique indien dans le cadre de la lutte séparatiste au Pendjab, selon des médias indiens et canadiens.

Les sikhs constituent une significative communauté d’un demi-million de personnes au Canada, au sein de laquelle existe une frange de soutien au mouvement du Khalistan. Ce dernier réclame l’indépendance de la région indienne du Pendjab (nord), terre du sikhisme, et a y mené une féroce insurrection, finalement écrasée dans les années 1990.

La presse indienne faisait jeudi ses choux gras de cette invitation. Avant même cet incident, le quotidien Hindustan Times estimait déjà que la visite de M. Trudeau virait au « cauchemar de relations publiques », un éminent universitaire indien allant jusqu’à évoquer « l’un des pires désastres diplomatiques en Inde » depuis vingt ans.

Jaspal Atwal était membre de la Fédération internationale de la jeunesse sikh, une organisation séparatiste interdite notamment en Inde et au Canada. Au cours de la visite indienne de M. Trudeau, ce titulaire d’un passeport canadien aurait assisté à une réception officielle à Bombay, où une photo le montre à côté de la femme du chef de gouvernement.

« Nous ne commentons pas les questions liées à la sécurité du Premier ministre », a indiqué le Haut-commissariat canadien à New Delhi.

Arrivé samedi en Inde pour une semaine, Justin Trudeau a essayé de dissiper le sentiment de malaise autour de son voyage, au cours duquel aucun dirigeant indien de premier plan ne l’a encore rencontré.

Lors d’une halte mercredi au Pendjab, le Canadien de 46 ans a assuré au ministre en chef de cet État que son gouvernement ne soutenait pas les groupuscules séparatistes, mais sans parvenir pour autant à éteindre la polémique.

M. Trudeau s’entretiendra finalement avec le Premier ministre Narendra Modi dans la capitale indienne vendredi.



Justin Trudeau moqué pour sa diplomatie de la mode en Inde
22/02/2018 18h02 GMT

Sophie Grégoire Trudeau, Ella-Grace Trudeau, Xavier Trudeau et Justin Trudeau à Amritsar en Inde le 21 février 2018. (AFP/NARINDER NANU)
Et comme si ce n’était déjà pas assez, Justin Trudeau est moqué pour sa diplomatie de la mode en Inde

Sherwani sur le pantalon churidar pour Justin Trudeau et ses fils, le sari ou le salwar kameez pour Sophie Grégoire Trudeau et sa fille, le Premier ministre canadien est moqué sur les réseaux sociaux pour sa diplomatie de la mode en Inde.

« La séance photo de mode de Justin Trudeau interrompue par la visite officielle d’Etat », raille la journaliste canadienne Kathryn Kates sur son compte Twitter.

En visite officielle en Inde depuis bientôt une semaine, le Premier ministre Trudeau apparaît plus souvent, avec sa famille, habillé de vêtements traditionnels en fonction de la région visitée que photographié avec des responsables politiques indiens.

Les images de la rencontre de la famille Trudeau, en habits traditionnels, avec la star de Bollywood Shahrukh Khan vêtu à l’occidentale, sont brocardées par des internautes canadiens.

« Cette photo résume parfaitement la visite d’Etat. La plus importante rencontre jusqu’ici est avec l’acteur Shahrukh Khan. Ce serait comme si Poutine passait 7 jours aux Etats-Unis et rencontrait seulement Tom Cruise », écrit par exemple David Jacobs, médecin et membre d’un syndicat de docteurs.

Vendredi, à la veille de reprendre l’avion pour Ottawa, Justin Trudeau devait rencontrer son homologue indien, Narendra Modi. Ce dernier, dans ce qui semble être un trait d’humour, a espéré jeudi sur son compte Twitter que « le Premier ministre Justin Trudeau et sa famille ont passé un séjour très agréable jusqu’à présent ».

« Est-ce que la diplomatie de la mode de Justin Trudeau fonctionne en Inde? », s’interroge le journal d’opinion indien The Print.

Omar Abdullah, ancien chef de la province de Jammu et Cachemire, s’amuse sur son compte Twitter avec moult photos à l’appui de voir la famille Trudeau habillée par les plus grands couturiers indiens. « Est-ce que c’est juste moi ou est-ce que cette gentillette chorégraphie est maintenant un peu trop? Et pour votre information, nous Indiens ne nous habillons pas comme cela tous les jours monsieur, même pas à Bollywood ».

Les visites répétées de temples, le rouleau à pâtisserie en mains pour faire le pain traditionnel ou fouler le terrain de cricket, Justin Trudeau a usé des symboles pour sa visite officielle sans éviter l’accroc diplomatique.

Les commentaires sont fermés.