L’Athabaskan, «le dernier des Iroquois», a quitté le port d’Halifax pour la dernière fois aujourd’hui

0
Le NCSM Athabaskan amarré dans le port de Québec, en juin 2014, lors du Rendez-vous naval de Québec. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Dernier destroyer de la classe IROQUOIS, l’Athabaskan, a quitté le port d’Halifax pour la dernière fois aujourd’hui pour être démonté & recyclé, après plus de 44 ans de bons et loyaux services au Canada.

Le destroyer de la classe Iroquois Athabaskan (282, 3e du nom) (282, )fut mis en service le 30 septembre 1972. Membre de la 1re Escadre de destroyers du Canada, il participa au cours des vingt années suivantes à de nombreux exercices de l’OTAN et autres alliés; il fut plusieurs fois navire amiral de la Force navale permanente de l’Atlantique. Il participa aussi à des patrouilles de surveillance des pêches et d’affirmation de la souveraineté. En 1990, il participa à l’Opération FRICTION comme navire amiral du Groupe opérationnel du Canada dans la guerre du Golfe. Il subit une refonte de mi-vie de 1991 à 1994. À l’automne 1995, il prit part à l’exercice UNITAS, avec des navires sud-américains, espagnols et américains. En 2006, il participa à une mission humanitaire dans le golfe du Mexique suite à l’ouragan Katrina. Il fut plusieurs fois navire amiral du commandant de la Flotte canadienne et en 2007, embarqua l’état-major du 1er Groupe de la Force navale permanente de réaction de l’OTAN.

La devise de l’Athabaskan était We fight as One (Unis dans le combat).

Honneurs de bataille

Arctique 1943-1944
Manche 1944
Corée 1950-1953
Golfe et Koweit

L’Athabaskan était le dernier destroyer de la classe IROQUOIS. Avec son retrait du service le 10 mars 2017 à la base navale d’Halifax, il ne reste plus aucun aucun navire en service sur les quatre construits. Le NCSM Huron a été mis hors-service et coulé dans un exercice de tir réel et les deux autres, le NCSM Iroquois et le NCSM Algonquin, ont été retirés en 2015.

Mise sur cale au cours de l’année 1969 et entrés en service entre 1972 et 1973, les navires de classe IROQUOIS ont été initialement aménagés pour la lutte anti-sous-marine, mais une mise à niveau majeure dans les années 1990 nommé avait permis d’ajouter le rôle de défense aérienne rapprochée.

La classe Iroquois était une classe de navires conçue au Canada spécialement pour relever les défis de la défense et de la sécurité propres à la guerre froide et à l’après-guerre froide, à la fin du XXe siècle. Les bâtiments de cette classe étaient les premiers à être dotés d’une technologie sonar canadienne de pointe destinée à la surveillance sous-marine. De plus, ils pouvaient accueillir deux grands hélicoptères maritimes sur leurs ponts d’envol, ce qui a contribué à perfectionner les opérations de combat.

C’est toutefois le navire de combat de surface canadien qui doit redonner à la Marine son plein potentiel.

Le projet de navire de combat de surface porte sur «l’acquisition de 15 navires pour remplacer les destroyers et les frégates» existants pour «un coût estimé entre 56 et 60 milliards de dollars canadiens», mais, avec le retard pris sur le projet, le ministère canadien de la Défense prévoit maintenant un début de construction des navires «au début des années 2020».



Les commentaires sont fermés.