Espion empoisonné: Londres expulse 23 diplomates russes et gèle les contacts avec Moscou

0
Capture d'écran d'une vidéo fournie par la Parlementary recording unit (PRU) de Theresa May devant le parlement britannique à Londres, le 14 mars 2018. (PRU/AFP/HO)
Capture d’écran d’une vidéo fournie par la Parlementary recording unit (PRU) de Theresa May devant le parlement britannique à Londres, le 14 mars 2018. (PRU/AFP/HO)

La Première ministre Theresa May a accusé mercredi la Russie d’être « coupable » de l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal sur le sol britannique et annoncé en représailles la suspension des contacts bilatéraux de haut niveau et l’expulsion de 23 diplomates russes.

« Il n’y a pas d’autre conclusion que celle selon laquelle l’État russe est coupable de la tentative de meurtre » ayant visé Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, a déclaré la dirigeante devant le parlement britannique.

« Cela constitue un usage illégal de la force par l’État russe contre le Royaume-Uni », a ajouté Theresa May, qui s’exprimait après l’expiration, mardi à minuit, d’un ultimatum qu’elle avait fixé à la Russie pour fournir des explications sur l’empoisonnement, survenu le 4 mars à Salisbury (sud-ouest de l’Angleterre).

« Il était juste d’offrir à la Russie l’opportunité de fournir une explication mais sa réaction trahit un mépris total pour la gravité de ces événements », a-t-elle dit, insistant: « Ils n’ont fourni aucune explication crédible ».

« Au lieu de cela, ils ont traité l’utilisation d’un agent neurotoxique militaire en Europe avec sarcasme, mépris et défiance », a ajouté la Première ministre.

En représailles, Theresa May a annoncé une série de sanctions à l’encontre de la Russie, à commencer par l’expulsion de 23 diplomates russes, dont le Royaume-Uni considère, a-t-elle ajouté, qu’ils sont en fait « des agents du renseignement non déclarés ».

« Ils ont une semaine pour partir », a précisé Mme May.

La Russie disposait jusqu’ici de 59 diplomates accrédités au Royaume-Uni.

Soulignant la gravité de l’affaire, elle a rappelé qu’après la mort de l’ancien agent secret russe, empoisonné au polonium-210, en 2006, quatre diplomates russes avaient été expulsés.

La Première ministre britannique a également estimé qu’à la suite de « cet acte épouvantable » contre le Royaume-Uni, la relation entre les deux pays ne pouvait « pas être la même » qu’auparavant.

« Nous allons donc suspendre tous les contacts bilatéraux de haut niveau prévus entre le Royaume-Uni et la Russie », a-t-elle dit, précisant que cela incluait « la révocation de l’invitation faite au ministre des Affaires étrangères (Sergueï Lavrov) de visiter » le Royaume-Uni.

Mais aussi, a-t-elle poursuivi, « la confirmation qu’il n’y aura pas de participation des ministres – ou des membres de la famille royale – à la Coupe du monde de football cet été en Russie ».

Evoquant Vladimir Poutine, Theresa May a dit regretter « la voie » suivie par le président russe en matière diplomatique.

« Beaucoup d’entre nous ont tourné leurs regards avec espoir vers la Russie post-soviétique. Nous voulions une meilleure relation et il est tragique que le président Poutine ait choisi de suivre cette voie », a-t-elle dit.

Retrouvés inconscients le 4 mars sur un banc à Salisbury Sergueï Skripal et sa fille ont été hospitalisés dans un état « critique », après avoir été victimes d’une tentative de meurtre, selon les autorités britanniques. Un policier, intervenu sur place, se trouve lui dans un état grave.



Les commentaires sont fermés.