Infanterie 0010 #470 «Le code vestimentaire… et le party»

0

Les officiers sont une cible facile pour blaguer sur l’Armée. Ils le seront toujours. Et les blagues faciles ne sont pas trop mon genre. Mais il y a toujours des exceptions.

Premièrement, j’admets que pour devenir un officier dans les Forces armées canadiennes cela demande de la patience et de la volonté. La formation est très longue et plus exigeante que celle d’un militaire du rang. Si un soldat ou un caporal peut se contenter de rester en arrière et de simplement suivre les ordres, un lieutenant lui n’a pas ce luxe.

Mais quand j’ai lu cet article à propos des candidats du Collège militaire royal de Kingston qui ont perdu le droit de quitter le campus, je n’ai pas pu m’en empêcher. J’ai trouvé les plaintes des élèves-officiers qui se sont anonymement exprimés amusantes. Pour être plus clair, de vraies pleurnicheries pour moi. Et à lire les commentaires sur Facebook, je suis loin d’être le seul.

Je ne vois pas ce qui a de mal à punir tout le groupe si les fautifs ne veulent pas comprendre. Quoi de mieux après pour être surveillé par ses collègues directs ? Car les commandants ne sont pas omniprésents quand même. Et je précise que j’ai connu ce genre de punition bien avant de m’enrôler. J’ai trois frères et mon père utilisait cette technique.

L’Armée a des règles. Nous ne sommes peut-être pas toujours d’accord avec elles et elles peuvent parfois paraître vieux jeu, mais c’est comme ça. Beaucoup de sociétés civiles ont aussi des codes vestimentaires.

Bref, messieurs-dames les élèves-officiers: « Bienvenue dans les Forces armées ». 😛



Jonathan Girard s'est enrôlé dans les Forces armées canadiennes en septembre 2005 et a rejoint le Royal 22e Régiment en juin 2006. Passionné de BD depuis toujours, il dessinait beaucoup lors des exercices avant finalement de se lancer et de rendre son travail public.

Les commentaires sont fermés.