L’Amérique déporte ses héros et menace d’expulsion ceux qui ont combattu pour elle

0
Une photo de Miguel Perez Jr. quand il était dans l’armée.

L’Amérique est tombée sur la tête. Elle menace de déporter des hommes qui se sont battus pour elle: aujourd’hui encore, un vétéran de l’armée américaine qui a servi en Afghanistan et risque d’être déporté sera confronté aux fonctionnaires de l’immigration qui pourraient décider de lui accorder la citoyenneté… ou pas.

Miguel Perez Jr., 39 ans, a servi deux fois en Afghanistan et a récemment purgé une peine d’emprisonnement pour une infraction liée à une affaire de drogue. Le gouvernement fédéral a cherché à expulser Perez au Mexique, qu’il a quitté enfant à l’âge de 8 ans, rapporte aujourd’hui le Stars and Stripes, le journal officiel des Forces américaines à l’étranger.

Perez s’est enrôlé avant le 11 septembre et a servi jusqu’en 2004. Déployé en Afghanistan, il a servi avec le 2e bataillon du 3e groupe de forces spéciales, avec lequel il participé à de nombreuses missions secrètes.

Dans un effort pour empêcher l’expulsion de Pérez, son avocat, Chris Bergin, a déposé une requête auprès du gouvernement américain pour accorder la citoyenneté à Perez rétroactivement, soit à sa date d’enrôlement dans l’armée en 2001.

Perez a dans cette bataille l’appui d’hommes politiques comme le sénateur démocrate de l’Illinois Tammy Duckworth et celui de l’Organisation des vétérans de la guerre en Irak, (IWVO,de l’anglais Iraq War Veterans Organization), une organisation dont intention initiale était de faire en sorte que les anciens combattants revenant de la guerre en Irak ne soient pas soumis au même traitement que les anciens combattants de la guerre du Vietnam.

Bergin et d’autres soutiens du vétéran se sont déclarés prudemment optimistes sur les chances que le gouvernement accorde la citoyenneté à Perez, mais reconnaissent que l’entrevue pourrait très bien n’entraîner aucun changement dans son statut et que ce soldat qui a vaillamment combattu en Afghanistan pourrait finalement être déporté.

Et Perez n’est pas le seul, loin de loin, à être menacé d’expulsion après avoir servi l’Amérique. Plusieurs anciens soldats américains qui ont combattu en Irak ou au Vietnam, mais n’avaient pas encore obtenu la citoyenneté ont d’ailleurs déjà été expulsés vers le Mexique après avoir commis une faute.

Un exemple parmi tant d’autres, José Francisco Lopez Moreno, alias Panchito, qui a créé au Mexique un centre pour venir en aide aux vétérans américains déportés.

Comme beaucoup de soldats, il est rentré aux États-Unis avec des séquelles psychologiques. «La tête n’allait pas et je me calmais avec de la cocaïne.»

Panchito a été arrêté en achetant de la drogue puis incarcéré avant d’être expulsé: «Je ne pouvais pas croire ce qu’ils étaient en train de me faire, je pensais que c’était un cauchemar ».

Après avoir failli mourir pour les États-Unis, il a été déporté pour avoir acheté de la cocaïne pour calmer ses angoisses.

Il n’existe pas de chiffres officiels sur le nombre de vétérans de guerre expulsés des États-Unis, mais selon l’ONG américaine de défense des droits civils ACLU, ils seraient des centaines.

Aujourd’hui, alors que l’administration américaine parle d’un grand défilé militaire où les dirigeants politiques, à commencer par le président lui-même, pourront plastronner, l’Amérique déporte ses héros et menace d’expulsion ceux qui ont combattu pour elle. Triste.



Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.