Lancement officiel d’une étude nationale sur les thérapies par le cheval pour les vétérans

0
Le professeur Dave Blackburn. (Archives/Bastien Duhamel/45eNord.ca)

Cette semaine a eu lieu le lancement officiel d’une étude nationale et bilingue sur les thérapies assistées par le cheval et les anciens combattants avec une condition de santé mentale.

Depuis les dernières années, plusieurs organisations de vétérans ont demandé au ministère des Anciens combattants du Canada d’inclure les thérapies assistées par le cheval dans leur offre de services pour traiter les conditions de santé mentale liées au service militaire.

C’est dans ce contexte qu’en juillet 2015, l’ex-ministre des Anciens combattant, l’honorable Erin O’Toole, avait annoncé un investissement de 250 000$ qui serait remis à l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans pour réaliser une étude sur les thérapies assistées par le cheval.

L’ex-ministre des Anciens combattants était d’avis que plus de recherches «aideront à établir si l’utilisation de l’équithérapie pourrait constituer un traitement efficace pour les vétérans qui ont besoin de soutien en santé mentale»

Le 16 mars dernier, le vétéran et professeur Dave Blackburn du Département de travail social de l’Université du Québec en Outaouais a fièrement fait l’annonce du lancement officiel de l’étude pilote sur les thérapies assistées par le cheval et les anciens combattants avec une condition de santé mentale.

En plus du professeur Blackburn qui agit à titre de chercheur principal, l’équipe de recherche composée des professeurs Éric Tchoukaet, Fanny Robichaud et Drissa Sia de l’UQO ainsi que de 12 assistantes et trois professionnelles de recherche. L’équipe de recherche a obtenu le contrat de l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans au début de l’année 2017. «Nous avons travaillé très fort au cours des derniers mois pour édifier le protocole de recherche, pour sélectionner les centres équestres et les programmes de thérapies assistées par le cheval ainsi que pour obtenir les approbations éthiques», mentionne le professeur Blackburn.

Il est impossible de passer sous silence que ce projet pilote, qui se déroulera dans les deux langues officielles du Canada, est de grandes envergures et représente une première au Canada. Ce sont cinq centres équestres sélectionnés aux quatre coins du Canada (Colombie-Britannique, Alberta, Ontario, Québec et Île-du-Prince-Édouard) qui offriront leur programme de thérapie assistée par le cheval à 20 anciens combattants des Forces armées canadiennes et à 20 membres de leur famille.



Les centres équestres qui ont été sélectionnés pour participer à l’étude sont des meneurs au Canada dans le domaine des thérapies assistées par le cheval pour les vétérans, font preuve de rigueur et de structure dans leur approche thérapeutique et sont offerts par des spécialistes équins et des professionnels en santé mentale formés et membres d’un ordre professionnel ou d’une organisation de certification.

De plus, chaque programme présente ses propres particularités. À titre d’exemple, certains sont uniquement destinés aux anciens combattants et se déroulent sur plusieurs semaines consécutives tandis que d’autres sont destinés au couple ou à la famille et se déroulent sur quelques jours consécutifs.

La phase de recrutement des participants a débuté la semaine dernière et se déroulera jusqu’à la fin du mois d’avril 2018. L’investissement pour les anciens combattants qui participeront à l’étude se résume à compléter le programme de thérapie assistée par le cheval, à passer un entretien semi-dirigé dans les deux à quatre semaines suivant la fin du programme et à remplir un questionnaire sociodémographique. Les chercheurs se rendront à chacun des centres équestres pour faire des observations non participantes lorsque les programmes auront cours et de l’analyse de documents.

Ce projet de recherche permettra d’identifier les impacts potentiels et l’efficacité de la thérapie assistée par le cheval sur les anciens combattants des Forces armées canadiennes ayant une ou des conditions de santé mentale de même que d’identifier comment la participation des anciens combattants dans les programmes de thérapie assistée par le cheval a une influence sur les membres de leur famille. Le rapport de recherche doit être déposé au printemps 2019 à l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans.

Finalement, le professeur Blackburn et son équipe invitent les anciens combattants qui ont un intérêt à participer à l’étude à visiter la page Internet suivante pour obtenir plus amples informations: https://www.daveblackburn.net/projet4-tac.

Si vous désirez suivre les avancements de ce projet de recherche, vous pouvez le faire par l’entremise de la page Facebook de l’Équipe de recherche et d’intervention en santé mentale des anciens combattants et leur famille (ÉRISM-AC/F).

Les commentaires sont fermés.