Migration irrégulière: le Groupe de travail intergouvernemental spécial fait le point

0
Opération ÉLEMENT: le Brigadier-général Gosselin, commandent 2 Div CA en compagnie de M. Pierre Provost, Agence des services frontaliers du Canada et personnel de la Croix-Rouge canadienne, au plus fort de la  »crise » des migrants irréguliers en août 2017. (Twitter/@2divca_2candiv)

Les membres du Groupe de travail intergouvernemental spécial sur la migration irrégulière se sont réunis vendredi pour faire le bilan de ce qu’ils ont accompli et des difficultés qu’ils ont rencontrées chacun de leur côté face à la migration irrégulière.

Marc Garneau, ministre fédéral et président du groupe de travail, a accueilli les membres à la réunion et souligné que le travail considérable qu’a engendré l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile, a été un véritable effort pangouvernemental. De nombreux ministères et organismes fédéraux ainsi que des provinces ont participé à cet effort, et le leadership dont ils ont fait preuve a permis de répondre efficacement à cette situation exceptionnelle.

Ahmed Hussen, ministre d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), a indiqué que le flux de demandeurs d’asile ayant traversé la frontière de manière irrégulière à Lacolle, au Québec, est demeuré stable en 2018 et qu’en moyenne, 50 interceptions par jour ont eu lieu au mois de janvier. Il a ajouté que son ministère continue de surveiller ces chiffres afin de pouvoir déceler un éventuel changement dans l’évolution de la tendance de la migration irrégulière, spécialement dans le cas des nationalités dont le statut de protection temporaire aux États-Unis prendra fin bientôt.

De nombreux permis de travail sont encore délivrés aux migrants réguliers et irréguliers partout au Canada en l’espace des 30 jours fixés comme norme de service. Environ 3 p. 100 seulement des demandes de permis de travail soumises par des demandeurs d’asile ayant traversé la frontière de manière irrégulière ont été refusées, principalement en raison d’examens médicaux incomplets.

Le ministre Hussen a souligné que l’unité de traitement mobile innovatrice qui a été utilisée au point d’entrée de Lacolle du 7 novembre 2017 au 9 février 2018 avait permis de traiter 720 demandes d’asile. Il a également indiqué que des unités de traitement mobiles seraient à nouveau déployées si une hausse importante des flux de demandeurs d’asile était observée.

Le ministre Garneau a souligné l’investissement de 173,2 millions de dollars sur deux ans accordé par le gouvernement dans le cadre du Budget 2018, pour la gestion de la migration irrégulière. Cet investissement ira au soutien de la réception des nouvelles demandes d’asile, à l’examen de leur recevabilité, au traitement accéléré des réclamations à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié, aux procédures de vérification préalables et relatives à la sécurité, ainsi qu’à la détention et au renvoi de ceux qui présentent un risque pour la sûreté et la sécurité des Canadiens.

Des représentants de Sécurité publique Canada ont indiqué que le Plan d’intervention stratégique national de l’afflux de demandeurs d’asile a été mis en œuvre et que le gouvernement poursuit sa planification en fonction d’une série de scénarios.

L’élaboration de plans d’intervention régionaux, qui visent à assurer une intervention intégrée et coordonnée à l’échelle régionale, a considérablement progressé et les travaux de perfectionnement de ces plans régionaux est en cours. Des exercices de simulation ont été réalisés avec des partenaires en Colombie-Britannique, au Manitoba, au Québec et au Nouveau-Brunswick. Des représentants fédéraux et ontariens travailleront ensemble pour organiser un exercice de simulation au cours des prochaines semaines.

Le Québec a mis en place, dès l’été 2017, une série de mesures pour prendre en charge, avec efficacité, un volume sans précédent de demandeurs d’asile et ce, grâce à une mobilisation remarquable des ministères et des organismes gouvernementaux et municipaux, de même que des partenaires du milieu. L’ensemble de ces intervenants demeure mobilisé afin de déployer rapidement les ressources nécessaires dans l’éventualité où la situation changerait.

Des représentants de Sécurité publique Canada ont également indiqué qu’ils restent en communication avec leurs homologues du département de la Sécurité intérieure et du département d’État des États-Unis. Ils se disent encouragés par le soutien de haut niveau que leur accordent les États‑Unis dans l’établissement d’une étroite coopération bilatérale dans ce dossier afin d’assurer le maintien de l’intégrité de nos frontières communes.

Des représentants d’IRCC poursuivent également leur dialogue avec leurs homologues américains concernant toute modification de leurs politiques et en vue de résoudre des difficultés communes. Ils sont notamment allés à Washington dernièrement pour y rencontrer de hauts responsables; ils se sont également rendus à à l’étranger afin de travailler directement avec leurs homologues américains.

Le député Pablo Rodriguez a parlé aux membres des visites récentes qu’il a effectuées à Montréal, Toronto, Washington et Los Angeles, durant lesquelles il a mené des activités de sensibilisation auprès de la communauté salvadorienne et autres communautés hispaniques. Il a mentionné que nos efforts de sensibilisation ont porté fruit et qu’il a accordé plusieurs entrevues lui permettant de rejoindre un très grand nombre de personnes.

Le ministre Garneau a conclu la réunion en ajoutant que le gouvernement du Canada reste déterminé à protéger la sécurité des Canadiens et à sécuriser nos frontières, tout en faisant preuve de compassion envers ceux qui demandent l’asile et en leur offrant un processus équitable en vertu du droit canadien et international.

«Au cours des derniers mois, nous avons beaucoup amélioré notre manière de réagir à l’afflux des demandeurs d’asile. Il est essentiel que nous poursuivions notre collaboration dans l’éventualité d’un autre afflux de demandeurs d’asile en situation irrégulière.», a déclaré Marc Garneau, ministre des Transports et président du Groupe de travail intergouvernemental spécial sur la migration irrégulière

«Nous poursuivons nos démarches pour faire connaître les lois canadiennes sur l’immigration et les risques que présente le passage de la frontière entre des ports d’entrée au Canada. Nous mettons aussi des plans d’urgence en place pour nous permettre, ainsi qu’à nos partenaires provinciaux, de nous adapter aux fluctuations éventuelles, peu importe où elles se produisent.», a indiqué pour sa part Ahmed Hussen, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté

Faits saillants

En 2017, le Canada a reçu 50 380 demandes d’asile. De ce nombre, 20 593 (41 p. 100) ont été présentées par des demandeurs d’asile en situation irrégulière.

En janvier 2018, environ 3 965 demandes d’asile ont été présentées de l’intérieur du Canada. De ce nombre, 1 517 ont été faites par des demandeurs d’asile en situation irrégulière et 96 p. 100 par des demandeurs d’asile ayant traversé la frontière entre des points d’entrée au Québec.

Plus de 11 100 permis de travail ont été délivrés à des demandeurs d’asile en situation irrégulière qui sont entrés au Québec depuis le 1er avril 2017.

De plus, 1 343 autres demandes de permis de travail ont été approuvées pour des demandeurs d’asile en situation irrégulière qui sont entrés au Canada ailleurs que par le Québec.



Les commentaires sont fermés.