Entente de principe entre le Canada et les Premières Nations du Traité no 1 pour l’avenir des casernes Kapyong

0
Le Ministre Sajjan et le ministre Carr avec des chefs des Premières Nations visées par le Traité no 1 sur le terrain des casernes Kapyong. (MDN)

Aujourd’hui, le gouvernement du Canada et les Premières Nations visées par le Traité no 1 ont franchi une étape importante sur la voie de la réconciliation et du renouvellement des relations avec les peuples autochtones, avec la signature d’une entente de principe pour les anciennes casernes Kapyong à Winnipeg.

Le ministre de la Défense Harjit S. Sajjan et le ministre des Ressources naturelles Jim Carr se sont joints au chef Dennis Meeches de la Première Nation de Long Plain, au chef Jim Bear de la Nation ojibwée de Brokenhead, au chef Glenn Hudson de la Première Nation de Peguis, au chef Craig Alexander de la Première Nation des Anishinabe de Roseau River, au chef Derrick Henderson de la Première Nation Sagkeeng, au chef Lance Roulette de la Première Nation de Sandy Bay, et à la chef Francine Meeches de la Première Nation de Swan Lake, pour une cérémonie de signature à Winnipeg. L’entente de principe servira à élaborer un accord de règlement final, qui comprendra les modalités pour la vente et l’utilisation du terrain des casernes Kapyong.

Le gouvernement du Canada reconnaît l’importance de la propriété des casernes Kapyong aux Premières Nations visées par le Traité no 1, et demeure engagé à travailler ensemble dans un esprit de réconciliation et de renouvellement envers une entente finale.

Citations

« Kapyong représente un bel avenir pour tous les peuples autochtones, et dans l’esprit du Traité no 1, nous prendrons les mesures nécessaires pour protéger notre relation fondée sur le Traité avec la Couronne, comme nous l’avons toujours fait. »

Chef Dennis Meeches, porte-parole des Premières nations visées par le Traité no 1, Première Nation de Long Plain

« Il est maintenant convenu qu’une réconciliation est nécessaire afin de préserver l’harmonie parmi nos peuples. Nous ne prenons rien à la terre sans être entièrement conscients des conséquences de nos actes. Notre nation est heureuse d’avoir accompli ce que nos ancêtres voulaient accomplir, soit que nous puissions continuer de bénéficier des terres et d’en être des gardiens responsables. Nous appartenons au sol. Nous sommes en harmonie avec le paysage, car la main qui a façonné le continent a façonné l’homme en fonction de son environnement. Il a poussé naturellement, comme le tournesol sauvage; nous faisons partie de la terre, comme le bison en fait partie. – Luther Standing Bear. »

Chef Jim Bear, Nation ojibwée de Brokenhead

« Les négociations et l’entente finale concernant Kapyong représentent pour nous la reprise de nos terres traditionnelles sur le territoire visé par le Traité no 1, où a eu lieu la signature initiale des traités entre deux nations, nos ancêtres autochtones et le Canada. Le Canada, le Manitoba et le Winnipeg d’aujourd’hui doivent être prêts à combler le fossé culturel au moyen du rapatriement de nos terres et en collaborant selon l’Entente relative aux Autochtones de Winnipeg, les ententes sur les droits fonciers issus de traités au Manitoba, et la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Nous sommes prêts. Le Canada l’est-il? »

Chef Glenn Hudson, Première Nation de Peguis

« Les Premières nations visées par le Traité no 1 attendent ce superbe accomplissement depuis longtemps. Les difficultés auxquelles les Premières nations visées par le Traité no 1 ont été confrontées et les épreuves qu’elles ont subies pour nous permettre d’arriver où nous en sommes ont fait de nous un peuple plus fort et plus uni. Cet objectif final, nous le devons à nos dirigeants anciens et actuels qui sont finalement parvenus à une entente avec le Canada, qui permettra de tracer une voie favorisant le développement économique pour nos Premières nations respectives. Nous avons encore du travail à faire pour parvenir à une entente globale finale qui nous permettra cette liberté économique dont nous pourrons profiter en tant que collectivité. Ce fut un plaisir de travailler en collaboration avec nos chefs et nos conseils pour parvenir à bout de cette tâche monumentale; je pense à l’avenir et à ce que nous pourrons accomplir sur les terres de Kapyong. »

Chef Craig Alexander, Première Nation des Anishinabe de Roseau Riverkapyong

« Aussi longtemps que le soleil brillera, que l’herbe poussera et que les rivières couleront. En cette ère de réconciliation, Kapyong constitue un pas en avant vers la véritable reconnaissance et l’affirmation des droits inhérents et issus de traités des Premières Nations. Cela créera des possibilités d’affaires et économiques pour nos peuples autochtones, puisque nous méritons de jouir de nos ressources et de nos terres au même titre que tous les Canadiens. Aujourd’hui, nous récupérons et vivons notre indépendance en suivant la voie ouverte par nos ancêtres. »

Chef Derrick Henderson, Première Nation Sagkeeng

« Au fil du temps, nous avons écouté notre cœur et non nos yeux. Nous avons avancé comme un Front uni, puisqu’à titre de famille soumise à un traité, nous nous sommes exprimés en tant que peuple pour nos nations. »

Chef Lance Roulette, Première Nation de Sandy Bay

« Nous avons réussi en ce qui concerne Kapyong, territoire visé par le Traité no 1. Il a toujours été question de l’avenir de notre peuple. Ce n’est qu’un début. »

Chef Francine Meeches, Première Nation de Swan Lake

« Je suis reconnaissant que nous fassions un pas de plus sur la voie de la réconciliation.

Cette entente de principe est le résultat de nombreuses années de négociation et de dialogue, et constitue une étape importante dans le transfert des terres des casernes Kapyong. »

Ministre de la Défense nationale Harjit S. Sajjan

« En tant que Winnipegois et ministre de la Couronne, je suis fier de prendre part à cet événement important. Nous continuerons de collaborer avec les Premières Nations visées par le Traité no 1 dans un esprit de réconciliation, tout en bâtissant des collectivités saines et inclusives d’un océan à l’autre. »

Ministre des Ressources naturelles Jim Carr

En bref

Anciennement une partie de la Base des Forces canadiennes/17e Escadre Winnipeg, la propriété des casernes Kapyong comprend environ 65 hectares de terrain et 40 bâtiments.

Le terrain des casernes Kapyong a été utilisé par les Forces armées canadiennes jusqu’en 2004, lorsque le Princess Patricia’s Light Infantry a déménagé à la Base des Forces canadiennes Shilo.

Les modalités de l’entente de principe seront utilisées pour guider l’élaboration d’un accord de règlement final qui respecte les intérêts de toutes les parties.

Les commentaires sont fermés.