Crise des Rohingyas: l’envoyé spécial Bob Rae souligne l’urgence de la situation

0
Plus de 655.000 Rohingyas de l’Etat Rakhine en Birmanie ont rejoint le Bangladesh depuis un coup de force militaire en août. (AFP/Archives/ Ed JONES)

Crise des Rohingyas: l’envoyé spécial Bob Rae souligne l’urgence de la situation et invite le Canada à investir 600 millions de dollars sur quatre ans pour venir en aide aux Rohingyas du Myanmar et aux centaines de milliers d’autres qui ont trouvé refuge au Bangladesh.

En octobre dernier, Ottawa avait chargé l’ancien l’ancien chef intérimaire du Parti libéral et ex premier ministre ontarien de participer aux efforts diplomatiques pour trouver une solution à la crise des Rohingyas et de formuler des recommandations au gouvernement canadien.

Le Canada «devrait jouer un rôle de premier plan dans la réponse à la crise actuelle en intensifiant les efforts d’aide humanitaire et d’aide au développement au Bangladesh et au Myanmar », estime aujourd’hui l’envoyé spécial dans son rapport final publié ce mardi.

«La crise humanitaire au Bangladesh, avec la pluie qui va venir, il faut avoir une réponse immédiate à la situation», a-t-il déclaré en conférence de presse ce matin à Ottawa.

La réponse canadienne devrait être «centrée sur l’aide humanitaire, l’éducation, le soutien aux infrastructures et l’atténuation des répercussions de leur déportation violente sur les femmes et les filles rohingyas en offrant un important soutien aux Nations unies et aux organisations internationales travaillant dans les camps et ailleurs», explique également Bob Rae.

Le Canada devrait également accueillir des réfugiés qui fuient les persécutions au Myanmar), propose l’envoyé spécial: «Le Canada devrait faire savoir qu’il est prêt à accueillir des réfugiés de la communauté des Rohingyas provenant du Bangladesh comme du Myanmar, et il devrait encourager la discussion entre pays aux vues similaires pour qu’ils emboîtent le pas».

Le premier ministre Justin Trudeau a pour sa part salué le rapport de final de l’envoyé spécial canadien auprès du du Myanmar et réagit favorablement à ses recommandations. «Le Canada s’engage à contribuer à résoudre cette crise. Au cours des prochaines semaines, nous étudierons les recommandations contenues dans le rapport, et nous présenterons d’autres mesures que nous avons l’intention de prendre.»

«Le Canada continue de faire avancer le travail humanitaire essentiel dans cette région. Depuis le début de 2017, nous avons versé 45,9 millions de dollars à nos partenaires de l’aide afin qu’ils puissent offrir un soutien vital aux réfugiés qui tient compte de leurs besoins en matière de l’égalité des sexes, aux personnes déplacées et aux communautés qui les accueillent. Ce financement comprend les 12,5 millions de dollars du Fonds de secours pour la crise au Myanmar, qui égalent les dons généreux que les Canadiens ont versés l’an dernier.», a rappelé Justin Trudeau.

«Nous continuerons de travailler en étroite collaboration avec la communauté internationale et les Nations Unies afin de définir la voie à suivre. Nous avons la responsabilité commune à l’échelle globale de répondre à cette crise ainsi qu’aux besoins des personnes déplacées et les plus vulnérables.», a déclaré le premier ministre canadien.

Depuis la fin août, plus de 671 000 Rohingyas ont fui l’État de Rakhine, au Myanmar, pour traverser au Bangladesh voisin. Ils fuyaient les violences de l’armée birmane, accusée d’avoir brûlé des villages et commis des exactions.

Selon l’ONU et des chefs de la diplomatie de plusieurs pays, dont la ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, les membres de cette minorité musulmane sont victimes d’un véritable «nettoyage ethnique».

Les commentaires sont fermés.