Le Japon se dote d’une force chargée de défendre les îles revendiquées par la Chine

0
Des membres de la Brigade amphibie de déploiement rapide de la Force d’autodéfense terrestre japonaise à Sasebo, dans la préfecture de Nagasaki, le 7 avril 2018. (Sputnik)

Le Japon a lancé samedi sa première unité d’infanterie de marine, qui sera chargée de défendre les îles que Tokyo et Pékin se disputent en mer de Chine orientale.

Le Japon a longtemps été réticent à créer une unité de combat amphibie en raison de sa constitution pacifiste, adoptée en 1947, qui lui interdit d’utiliser la force pour régler ses différends internationaux. Mais la montée en puissance militaire de la Chine dans la région a changé la donne.

Basée à Sasebo, dans l’ouest de l’archipel, et forte de 2.100 soldats, la brigade amphibie des Forces d’autodéfense japonaises a été lancée au cours d’une cérémonie samedi, suivie d’un exercice conjoint avec des Marines américains.

Un avion des garde-côtes japonais en survol des îles disputées Senkaku, le 13 octobre 2011, en mer de Chine orientale (Archives/AFP)
Elle sera responsable de défendre les îles inhabitées en mer de Chine orientale que revendiquent à la fois Tokyo et Pékin, et de les reprendre en cas d’invasion. L’unité, qui atteindra à terme 3.000 hommes, sera équipée d’avions hybrides V-22 Osprey et de véhicules d’assaut amphibies.

« Défendre les îles isolées est une tâche pressante, à une époque où la sécurité autour de notre pays se détériore », a déclaré lors de la cérémonie le vice-ministre de la Défense Tomohiro Yamamoto au cours de la cérémonie.

Le Japon et la Chine se disputent depuis de nombreuses années plusieurs îles en mer de Chine orientale, appelées Senkaku par les Japonais et Diaoyu par les Chinois. Ces îles inhabitées sont administrées par le Japon, mais des navires des gardes côtes chinois s’aventurent fréquemment à proximité, provoquant des tensions diplomatiques.

Les commentaires sont fermés.