Kim Jong Un annonce la fin des essais nucléaires nord-coréens, fermeture du site

0
Le leader nord-coréen, Kim Jong-Un, le 1er janvier 2018 (Archives/AFP /JUNG Yeon-Je)

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a annoncé samedi la fin des essais nucléaires et des tests de missiles intercontinentaux ainsi que la fermeture du site d’essais nucléaires qui a « rempli sa mission », une décision immédiatement saluée par le président américain Donald Trump.

« A partir du 21 avril, la Corée du Nord va cesser ses essais nucléaires et les lancements de missiles balistiques intercontinentaux », a rapporté l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

« Le nord va fermer un site d’essais nucléaires dans le nord du pays afin de prouver son engagement à suspendre les essais nucléaires », a ajouté KCNA, citant le dirigeant nord-coréen.

Cette annonce spectaculaire intervient moins d’une semaine avant le sommet prévu entre Kim Jong Un et son homologue du sud, Moon Jae-in, qui préfigure un sommet historique qui devrait avoir lieu entre Kim Jong Un et Donald Trump, en principe début juin.

Le président américain a immédiatement salué l’annonce de Kim Jong Un, y voyant « une très bonne nouvelle pour la Corée du Nord et le monde ».

« Grand progrès! Hâte de participer à notre sommet » », a-t-il ajouté dans un tweet.

« Comme le caractère opérationnel des armes nucléaires a été vérifié, il n’est plus nécessaire pour nous de mener des essais nucléaires ou de lancer de missiles à moyenne et longue portée ou ICBM » (missiles balistiques intercontinentaux, ndlr), a expliqué Kim Jong Un lors d’une réunion du Comité central du parti unique au pouvoir en Corée du Nord.

« Le site d’essais nucléaires du nord a rempli sa mission », a-t-il assuré.

Sous sa direction, Pyongyang a fait des progrès rapides dans son programme d’armements, objet de multiples sanctions aggravées de la part notamment du Conseil de sécurité de l’ONU, des Etats-Unis, de l’Union européenne et de la Corée du Sud.

Durant des années, a expliqué le dirigeant nord-coréen au comité central du Parti des travailleurs, la Corée du nord a pratiqué une politique dite du « développement simultané », ou « byungjin », de l’armée et de l’économie.

Mais devenu désormais un Etat puissant, « le Parti tout entier et la nation tout entière doivent maintenant se concentrer sur le développement de l’économie socialiste », a dit Kim Jong Un.

« Ceci est la nouvelle ligne politique stratégique du Parti », a déclaré le jeune dirigeant, cité par KCNA.

Le Parti des travailleurs était réuni en séance plénière vendredi afin de discuter d’une « nouvelle étape » dans une « période historique importante de la révolution coréenne en développement ».

Le Nord, qui a tiré l’année dernière des missiles balistiques intercontinentaux capables d’atteindre le territoire continental des Etats-Unis et mené son plus puissant essai nucléaire à ce jour, disait de longue date avoir besoin de l’arme atomique pour se protéger d’une invasion américaine.

Pyongyang a depuis proposé de négocier sur le sujet en échange de garanties pour sa sécurité.

Donald Trump avait prévenu mercredi qu’il n’hésiterait pas à abandonner la rencontre prévue avec Kim Jong Un, si elle n’était pas « fructueuse ».

« Une voie prometteuse est ouverte pour la Corée du Nord si elle accomplit une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible », avait-il déclaré.

Mais, a-t-il averti, Kim Jong Un doit être sérieux dans ses engagements:

« Si je pense que cette rencontre ne sera pas fructueuse, nous n’allons pas nous y rendre. Si la rencontre, lorsque j’y serai, n’est pas fructueuse, je la quitterai respectueusement », a affirmé le président américain.

Les deux Corées ont ouvert par ailleurs vendredi un téléphone rouge entre leurs dirigeants, à une semaine de leur rencontre prévue dans la Zone démilitarisée qui divise la péninsule.

A l’approche du sommet, le président sud-coréen a souhaité jeudi la conclusion d’un traité de paix pour mettre fin officiellement à la guerre de Corée.

Les commentaires sont fermés.