«Léo Major: Le fantôme borgne», ce vendredi 13 sur RDI

0

Titre original: Léo Major: le fantôme borgne
Date de sortie: 13 avril 2018, à 20h sur RDI
Durée: 52 minutes
Réalisé par: Bruno DesRosiers

En interview avec 45eNord.ca, le réalisateur Bruno DesRosiers explique que le projet de plusieurs années a été facile du point de vue de la recherche historique, malgré le fait qu’il soit méconnu du grand public.

Il se rappelle a avoir eu surprise sur surprise en découvrant l’histoire de Leo Major, mais surtout le moment ou il est parti pour la Corée. Cependant,  c’est de voir «comment aux Pays-Bas ils connaissent notre Histoire et comment en tant que Québécois on te considère comme un libérateur alors que c’est ton grand-père, ton arrière grand-père qui l’était».

Le réalisateur espère qu’avec son film, les Québécois et Québécoises pourront découvrir l’histoire de Leo et s’ouvrir plus généralement à notre Histoire oubliée, à ces nombreux héros oubliés.

Résumé express

Léo Major, un des plus grands héros québécois de la Deuxième guerre mondiale était aussi un des plus… oubliés !
Ce regrettable «oubli» sera compensé le 13 avril prochain par la télédiffusion aux Grands Reportages 20h (RDI) du film: Léo Major Le fantôme borgne.

Major, qui s’est enrôlé dans le Régiment de la Chaudière à 19 ans, est le seul militaire canadien a avoir reçu, pour sa bravoure devant l’ennemi, la Médaille de conduite distinguée (DCM), la plus haute distinction de l’armée, à deux reprises dans deux guerres différentes.

Après avoir trompé la mort lors du Débarquement de Normandie, victime d’une grenade, il a perdu l’usage de son œil gauche. Malgré son handicap, qui aurait du le rapatrier au Canada, Léo Major insista pour rester au front arguant que le tireur d’élite qu’il était n’avait besoin que d’un œil pour viser avec sa carabine. Après cet incident, il a poursuivi son combat jusqu’à la fin de la guerre muni d’un cache-œil qui lui valut le surnom (donné par les Allemands terrorisés) de « LE FANTÔME BORGNE ».

Pour sa dernière mission européenne, Léo Major fut envoyé aux Pays-Bas, où il s’est distingué en libérant, à lui seul (!) Zwolle, une ville de 50 000 habitants.

Cinq ans après son retour au pays, il s’est enrôlé au Royal 22e Régiment pour aller combattre en Corée où, une fois de plus, il a réussi à se distinguer sur la célèbre colline 355, d’où, avec son minuscule peloton de 18 hommes il a réussi à chasser 14 000 soldats chinois ! Un exploit qui lui a valu une deuxième médaille DCM.

Notre avis

Il ne peut y avoir de plus grande tragédie que l’oubli. Oublier qui l’on est, oublier notre histoire, oublier nos héros. Et Léo Major fait partie de ces gens-là, de ces héros oubliés.

En plus de retracer les hauts faits d’armes du héros aux Pays-Bas, le film animé par Alain Stanké, présente de nombreux témoignages inédits dont ceux des enfants de Léo Major, recueillis aussi bien au Canada qu’aux Pays-Bas.

Dans la première partie du film, on découvre avec brio et avec justesse qui était Léo et ce qu’il a accompli. La suite nous montre les conséquences de ses actes, des vies qu’il a touché et la ville qu’il a libéré.

Informatif, touchant, divertissant, drôle, juste, Leo Major: Le fantôme borgne est absolument à voir pour découvrir enfin un de nos héros bien de chez nous et faire de cette histoire une part de notre Histoire.

  • 9
  • Votes des utilisateurs (0e Votes)
    0
    Votre évaluation:
Résumé
90%
90
L'Histoire !

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.