Vimy, Juno beach, Syrie et Mali: Trudeau applaudi à l’Assemblée nationale française (VIDÉO)

0


En visite à Paris, le Premier ministre Justin Trudeau s’est adressé aux députés et ministres français au sein de l’Assemblée nationale française, une première pour un Premier ministre canadien.

Si à cette occasion, il a évoqué ses sujets favoris d’égalité des sexes, de changements climatiques et de libre-échange, il a aussi parlé, durant près de quatre minutes, des liens qui unissent le Canada et la France sur le plan historico-militaire. Il a reçu, au moment d’évoquer le devoir de mémoire, une ovation de l’ensemble des députés de droite à gauche.

Toutefois, c’est uniquement la majorité présidentielle d’Emmanuel Macron qui a chaleureusement applaudi le soutien apporté par le dirigeant canadien aux frappes militaires en Syrie.

Justin Trudeau avait défendu lors d’un point de presse la veille la décision de son gouvernement de participer à la mission onusienne de maintien de la paix au Mali (MINUSMA) et d’envoyer dans ce pays une force opérationnelle aérienne de six hélicoptères.

D’une génération à l’autre, les Canadiens et les Français ont toujours su cultiver une amitié capable de s’adapter aux changements, capable de relever les défis d’envergure et de résister à l’épreuve du temps. Cette amitié a mené nos aïeux dans les tranchées de la crête de Vimy, lieu d’une bataille marquante pour nous Canadiens, puisque c’est en sol français que s’est affirmée pour la première fois une véritable nation canadienne.

C’est une amitié dont j’ai été témoin, il y a un an, lorsque je visitais les Hauts-de-France pour assister aux commémorations entourant le centenaire de cette bataille d’Arras, une amitié fortifiée lorsque, une génération plus tard, le Canada s’est à nouveau porté à la défense de la France. Plus d’un million de Canadiens ont alors répondu à l’appel et trop d’entre eux ne reverraient jamais leur partie. Aujourd’hui, Dieppe, Juno Beach, Courseulles-sur-mer et tant d’autres résonnent dans notre mémoire nationale. Le Canada et les Canadiens se souviennent.

Les horreurs de la guerre ont mis en lumière notre responsabilité commune d’agir, de nous engager et de collaborer avec nos partenaires pour réaliser nos ambitions. Si les puissances de l’Axe ont été vaincues, c’est grâce à l’action conjointe d’États animés par une vision semblable du monde et des valeurs partagées. Ce travail se poursuit encore aujourd’hui.

Encore récemment, un régime meurtrier employait des armes chimiques contre sa propre population. Confronté à l’horreur, le monde se devait de réagir. C’est pourquoi le Canada a appuyé sans hésitation la décision de la France, des États-Unis et du Royaume-Uni d’intervenir pour diminuer la capacité du régime Assad de lancer de telles attaques.

Les menaces modernes rendent plus que jamais pertinente la coopération entre nations. Prenez par exemple la situation au Mali. Le rôle de la France pour y rétablir la sécurité et la stabilité est une inspiration pour la communauté internationale.

Renouant avec cette tradition canadienne, nous nous joindrons sous peu à la France et aux cinquante-six autres pays partenaires qui appuient la MINUSMA.

Les commentaires sont fermés.