Afghanistan: le prochain chef des forces de l’Otan issu des Forces spéciales

0
Les Forces spéciales américaines en Afghanistan, spécialiste des missions périlleuses. (You Tube)

Le Pentagone a choisi un général des Forces spéciales, spécialiste des missions périlleuses et ultra-secrètes, pour diriger les forces américaines et de l’Otan en Afghanistan, a-t-on appris mardi auprès d’un responsable militaire.

« Nous nous attendons à une annonce » sur la nomination du général Scott Miller, 57 ans, a précisé le responsable militaire à l’AFP, confirmant ainsi des informations du Wall Street Journal.

Si sa nomination est confirmée par le Sénat, il succédera au général John Nicholson, qui avait été nommé en mars 2016 à la tête des forces de l’Alliance Atlantique en Afghanistan pour une période de deux ans.

Le général Austin Scott Miller, actuellement commandant du Joint Special Operations Command (JSOC), succéderait au général John Nicholson à la tête de lop RESOLUTE SUPPORT. Wiki)
Le général Miller dirige actuellement le Joint Special Operations Command (JSOC), qui regroupe les unités d’élite des Forces spéciales comme la Delta Force de l’armée de Terre et les Navy Seals Team 6, auteurs de l’opération contre Oussama Ben Laden en 2011 au Pakistan.

Selon le Wall Street Journal, le général Miller dirigeait un groupe de commandos de la Delta Force en Somalie en octobre 1993 lors de la bataille de Mogadiscio qui a coûté la vie à 19 militaires américains et fait l’objet d’un film, « La chute du Faucon Noir » (Black Hawk Down).

Il a aussi été déployé plusieurs fois en Afghanistan et en Irak.

Son arrivée à la tête des forces de l’Otan en Afghanistan interviendra dans un contexte difficile, l’armée afghane ayant encore du mal à contenir les talibans et le groupe Etat islamique (EI) qui ont mené récemment plusieurs attentats meurtriers.

Quelque 14.000 soldats américains sont encore déployés en Afghanistan, où ils représentent le plus gros contingent des forces de l’Otan chargées de former et soutenir l’armée afghane. Mais certains d’entre eux mènent aussi des opérations anti-terroristes, qui visent plus particulièrement l’EI.

Dans un communiqué, le Pentagone a refusé de confirmer officiellement le choix du général Miller: « Nous n’avons rien à annoncer à ce stade. Nous ne discutons pas de nos délibérations internes ».

Les commentaires sont fermés.