Crise des Rohingyas: la stratégie du Canada donne la priorité aux femmes et filles

0
(Archives/HCR/Vivian Tan)

Le premier ministre Justin Trudeau a aujourd’hui dévoilé la stratégie du Canada pour accroître son intervention et répondre aux besoins des personnes déplacées et des plus vulnérables. Cette stratégie exhaustive est fondée sur les recommandations formulées dans le rapport final de l’envoyé spécial du premier ministre auprès du Myanmar, Bob Rae.

La grave crise humanitaire et sécuritaire au Myanmar est une tragédie mondiale qui a poussé plus de 717 000 Rohingyas à fuir leur foyer situé dans l’État de Rakhine et à trouver refuge au Bangladesh.

Guidée par la Politique d’aide internationale féministe, la stratégie du Canada donne la priorité aux besoins des femmes et des filles. Elle met de l’avant également des mesures concrètes et rapides pour promouvoir les droits de la personne, l’égalité des sexes, la dignité humaine ainsi que la paix et la sécurité dans la région.

Le Canada dirigera plusieurs initiatives, qui viseront notamment à améliorer les conditions de vie des réfugiés rohingyas dans les camps et les installations. Nous appuierons les efforts en vue de traduire en justice les auteurs de violations flagrantes de droits de la personne, ainsi que de parvenir à une solution politique pour mettre un terme à la situation désespérée des Rohingyas et d’autres minorités ethniques au Myanmar. Nous aiderons également à coordonner les efforts internationaux pour mettre fin à la crise.

Le Canada accordera un nouveau financement significatif, soit 300 millions de dollars sur trois ans, afin de répondre aux besoins humanitaires, de développement et de stabilisation dans la région de façon coordonnée et rapide.

Le Canada est l’un des premiers pays à avoir réagi à la crise et demeure l’un des plus importants donateurs d’aide humanitaire. Cette stratégie s’appuie sur les efforts que nous déployons à l’heure actuelle et elle souligne notre engagement d’en faire davantage. Nous continuerons de travailler de près avec la communauté internationale et les Nations Unies pour déterminer la voie à suivre.

Citation

«Alors que des centaines de milliers de personnes de communautés rohingyas et d’autres minorités sont victimes de violations flagrantes des droits de la personne, le Canada agira. Nous partageons avec le reste du monde la responsabilité commune de répondre à cette crise. Nous saluons les autres intervenants qui ont agi avec compassion et générosité, en particulier le gouvernement du Bangladesh et les communautés hôtes de la région qui continuent d’offrir un refuge sécuritaire à leurs voisins dans le besoin. Nous continuerons de répondre à l’appel pour défendre les droits de la personne et promouvoir l’inclusion, le respect de la diversité et la sécurité pour tous. Nous travaillerons en vue d’établir une paix durable et une véritable réconciliation au Myanmar.», a déclaré le premier ministre canadien.

Faits saillants

La stratégie du gouvernement du Canada aborde les quatre sections du rapport final de M. Rae:

1. La crise humanitaire au Bangladesh et au Myanmar
2. La situation politique au Myanmar
3. La question de la responsabilité et de l’impunité
4. Une coordination et une coopération efficaces

Le gouvernement du Canada fournit de l’aide à la région par l’entremise de partenaires humanitaires, notamment de divers organismes des Nations Unies, du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et d’autres organisations non gouvernementales.

Depuis le début de 2017, le Canada a versé 45,9 millions de dollars à ses partenaires humanitaires afin qu’ils puissent offrir un soutien vital aux réfugiés qui tient compte de leurs besoins en matière de l’égalité des sexes, ainsi qu’aux personnes déplacées et aux communautés qui les accueillent. Ce montant comprend les 12,5 millions de dollars du Fonds de secours pour la crise au Myanmar qui égalait les généreux dons que les Canadiens ont versés à des organismes de bienfaisance du mois d’août au mois de novembre 2017.

Le 23 octobre 2017, le premier ministre Trudeau a nommé M. Rae comme envoyé spécial auprès du Myanmar. M. Rae avait le mandat de s’engager dans des efforts diplomatiques en vue de résoudre la crise et de conseiller le premier ministre sur les façons dont le Canada peut mieux aider à répondre aux besoins des personnes déplacées et touchées par les récentes violences.

M. Rae a effectué deux visites au Myanmar et trois au Bangladesh. Il a rencontré des responsables, des dirigeants et des organisations non gouvernementales dans ces deux pays ainsi que dans d’autres pays, notamment l’Indonésie, le Vietnam et le Royaume-Uni, afin d’évaluer la crise et de déterminer ce que le Canada pouvait faire pour y remédier.

Il s’est également rendu au siège des Nations Unies, à New York, pour rencontrer de hauts responsables et des États membres. De plus, il a effectué une visite à Genève pour rencontrer Kofi Annan, président de la Commission consultative sur l’État de Rakhine, ainsi que d’autres intervenants afin de discuter de la crise et de favoriser la paix et la réconciliation au Myanmar.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, ont toutes deux effectué une visite au Bangladesh depuis le mois d’août 2017.
Le premier ministre poursuit également son dialogue avec d’autres dirigeants mondiaux au sujet de la crise au Myanmar et au Bangladesh en partageant ses profondes préoccupations concernant la situation des Rohingyas et d’autres minorités dans l’État de Rakhine.

Le premier ministre s’est entretenu directement avec Son Excellence Daw Aung San Suu Kyi, conseillère d’État de la République de l’Union du Myanmar pour lui souligner la nécessité d’accélérer les efforts en matière de respect des droits de la personne et de protection des minorités ethniques et religieuses, et l’importance d’assurer la sécurité des civils et des gens qui retournent volontairement au pays. Durant tous les échanges, le premier ministre a confirmé l’appui du Canada face aux réformes en cours au Myanmar et a indiqué que le Canada était prêt à apporter de l’aide.

Les commentaires sont fermés.