Diplômes, parade et avertissements lors de la fin d’année au CMR Saint-Jean (PHOTOS/VIDÉO)

0

Le Collège militaire royal de Saint-Jean a souligné la fin de l’année d’études avec la remise de diplômes aux finissants et par le traditionnel défilé de fin d’année.

Le moment était doublement, triplement, quadruplement important puisque le directeur des études, le lieutenant-général (ret.) Michel Maisonneuve, quitte ses fonctions après 10 ans à son poste, l’adjudant-chef du Collège militaire royal de Saint-Jean a changé et dès la session prochaine une nouvelle année fera son entrée, officialisant ainsi le retour au statut universitaire de l’institution johannaise.

Ce sont pas moins de 123 élèves-officiers et aspirants de marine qui ont reçu cette année un diplôme d’études collégiales ou un certificat d’études.

La grande majorité d’entre eux vont quitter Saint-Jean-sur-Richelieu pour se rendre à Kingston, mais certains vont rester pour faire parti du tout nouveau programme en Études internationales. Une vingtaine d’élèves-officiers, dont huit anglophones, ont fait le choix de rester à Saint-Jean et de devenir la première cohorte inaugurant le retour au statut universitaire du Collège militaire royal de Saint-Jean et qui gradueront en 2021.

L’élève-officier Aurélie Godard-Paquette de l’escadron Tracy, que 45eNord.ca suit depuis sa cérémonie d’enrôlement, fera justement partie de cette future cohorte historique.

«C’est un programme enrichissant, annonce d’emblée Aurélie. Je trouve que c’est une super opportunité de pouvoir aller dans un autre pays pour une session, puis il y a l’espagnol qui va être offert. J’aime l’établissement, j’aime le Collège et je me suis dis pourquoi pas l’essayer».

Pour sa part, l’élof Zachary Bélanger de l’escadron Jolliet, quitte pour Kingston et, parlant de cette fin d’année sur le terrain de parade, il dit que c’est «évidemment… un sentiment de fierté! Ça fait deux ans que je suis au Collège ici, c’est la fin d’une étape, mais j’ai aussi un peu d’excitation par rapport à Kingston l’année prochaine. Ces deux ans, j’ai rien vu passé. C’est très enrichissant comme expérience».

Invité d’honneur de la remise des diplômes, l’ancien vice-premier ministre du Canada et ancien premier ministre du Québec, Jean Charest, a été salué pour son discours inspirant et sortant des sentiers battus.

Durant près du tiers de son discours, M. Charest a en effet insisté sur l’état du monde et des conséquences de certaines décisions prises au sud de la frontière canadienne.

En interview pour 45eNord.ca, Jean Charest a expliqué avoir voulu avertir les élèves-officiers, les leaders de demain, sur la montée du populisme, du nationalisme exacerbé et du phénomène Trump car cela remettrait en question selon lui tout ce qui a composé la gouvernance mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale.

«Maintenant on nous propose un monde qui est davantage dominé par des leaders autoritaires, par le populisme, par le très court terme et c’est très inquiétant […] d’avoir un monde qui se fonde uniquement sur le rapport de force. Ces jeunes leaders qui font un premier pas dans leurs nouvelles responsabilités, ils doivent être conscients de ces dangers et des attentes que nous aurons sur eux pour qu’on puisse protéger ce qui est essentiel pour nous, c’est à dire un système fondé sur le droit», de déclarer M. Charest.

Et le lendemain, le lieutenant-général Alain Parent, vice-chef d’état-major de la Défense, a lui-aussi mis l’accent sur l’instabilité actuelle.

Il y a des menaces qui se rapprochent de plus en plus de nous: le terrorisme mondial, la cybersécurité, les catastrophes naturelles liées au changement climatique, la Russie qui a décidé d’envahir un pays en 2014 … Ce que vous faites compte et ce que vous ferez comptera aussi

Durant la cérémonie, et après que les élèves-officiers et aspirants de marine aient défilé une première fois devant parents et amis, le vice-chef d’état-major de la Défense, qui quittera les Forces armées canadiennes le 1er juin après 39 ans de service a aussi insisté devant les élèves-officiers sur l’importance pour eux, en tant que futur leaders, de prendre soin du personnel et d’eux-mêmes car sinon cela empêche de remplir le mandat de défendre le Canada et sa population.

Malgré tout ce qui l’attend, que ce soit à Kingston ou bien plus tard au cours de sa carrière au sein des Forces, Zachary Bélanger estime que «l’expérience Saint-Jean, ça vaut la peine d’être vécue! Tout le monde qui hésite à rentrer ou non au Collège ça vaut la peine. Oui c’est difficile, mais ça vaut la peine pour cet esprit de famille et pour les opportunités de carrière».

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.