Le dispositif des Forces armées canadiennes pour le Sommet du G7

0
Près de 2 000 membres de l’Armée canadienne, de la Marine royale canadienne et de l’Aviation royale canadienne prendront part aux mesures de sécurité entourant le Sommet du G7 de Charlevoix. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Dans exactement un mois, la région de Charlevoix sera un peu le centre du monde avec la tenue cette année du Sommet du G7 au Manoir Richelieu, les 8 et 9 juin. 45eNord.ca s’est intéressé au futur dispositif qui sera mis en place par les Forces armées canadiennes.

Les Forces armées canadiennes sont régulièrement appelées à appuyer les efforts de sécurité de la Gendarmerie royale du Canada ou d’autres ministères. Des opérations de l’envergure de l’opération CADENCE surviennent cependant plutôt rarement. Elles sont généralement liées à des événements spécifiques pour lesquels les organisations responsables de la sécurité déterminent la nécessité de demander l’appui des Forces armées canadiennes sous la forme d’une demande d’assistance.

À titre d’exemple, en 2010, les Forces armées canadiennes ont été impliquées dans les Sommets du G8 et du G20 en Ontario, ainsi que lors des Jeux olympiques en Colombie-Britannique.

Pour ce Sommet 2018 du G7, les opérations de sécurité sont dirigées par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) par l’intermédiaire du Groupe intégré de la sécurité (GIS), qui comprend des membres de la GRC, de la Sûreté du Québec, le Service de police de la Ville de Québec, le Service de la sécurité publique de Saguenay et les Forces armées canadiennes.

Les Forces armées canadiennes appuieront surtout les opérations de sécurité dirigées par la GRC, dans le domaine de la planification, de la mobilité aérienne, de patrouilles du périmètre de sécurité et de défense aérospatiale.

Les capacités militaires qui seront fournies doivent aider la GRC et la Sûreté du Québec à sécuriser le lieu du Sommet et à surveiller les approches aériennes, maritimes et terrestres dans la région.

Les quelques 2 000 réservistes et les membres de la Force régulière de l’Armée, de la Marine et de l’Aviation impliqués dans l’opération CADENCE, nom donné à la participation militaire au Sommet du G7, proviendront majoritairement d’unités sous le commandement de la Force opérationnelle interarmées (Est), c’est-à-dire de la province de Québec.

Les membres des Forces armées canadiennes ne mèneront pas d’activités d’application de la loi. La GRC a la responsabilité directe de la protection des dirigeants et des dignitaires mondiaux qui participeront au Sommet.

Il faut noter que des capacités pourront être ajoutées ou supprimées, selon les besoins, puisque la planification est toujours en cours, et les plans peuvent toujours être modifiés.

De plus, pour préserver la sécurité des opérations et des militaires, les détails tels que les dates et heures précises, le nombre d’aéronefs et de véhicules, le nombre précis de membres des FAC, les emplacements, les points de départ ainsi que les trajectoires de vol et de transport terrestre ne nous ont pas été fournis.

Armée canadienne

Les membres de l’Armée canadienne impliqués dans l’opération CADENCE accompliront des tâches liées à la maintenance de périmètres de sécurité. Deux zones ont été établies, une zone rouge dans le périmètre immédiat du Manoir Richelieu, site principal du Sommet et une zone verte, plus large, autour du site du Manoir.

Des réservistes qualifiés du Quartier général du 34e Groupe-brigade du Canada et du 35e Groupe-brigade du Canada seront également employés dans le cadre de l’engagement des FAC durant le sommet.

Le personnel militaire médical sera sur place pour répondre à toute urgence médicale touchant un membre des FAC, si nécessaire.

L’Armée canadienne favorise l’égalité des sexes et intègre les perspectives conformément à l’Analyse comparative entre les sexes plus (ACS+). Le « plus » donne un sens à tous les facteurs associés à l’identité.

Aviation royale canadienne et NORAD

L’appui de la Force aérienne à la GRC dans le cadre des opérations de sécurité comprend deux aspects : le commandement de la composante aérienne du COIC et le NORAD.

Le commandement de la composante aérienne fera appel à des aéronefs à voilure fixe, à des hélicoptères et à des équipages des bases de l’ARC de partout au Canada. Il offrira un soutien aérien dans le cadre des patrouilles de la GRC et assurera le transport de personnes et d’équipement et les évacuations sanitaires de membres des FAC ou de la GRC malades ou blessés, s’il y a lieu.

L’ARC fournira des aéronefs afin d’assurer la sécurité de l’espace aérien entourant le lieu de l’événement grâce au Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD). Le NORAD sera prêt et apte à intervenir si un aéronef non autorisé pénètre dans les zones réservées pendant toute la durée de la restriction de l’espace aérien. Une publication de NAV Canada pour les pilotes précise quel est l’espace aérien réglementé et que «tout aéronef non autorisé évoluant dans l’espace aérien réglementé s’exposera à une interception par des aéronefs militaires armés. Pour assurer le respect de l’espace aérien réglementé, une force létale pourra être autorisée au besoin».

La base de Bagotville n’est pas oubliée puisque les chefs d’états du G7 (Canada, États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie et Japon, plus l’Union européenne) atterriront sur la base aérienne. Ils seront ensuite héliportés vers La Malbaie.

Marine royale canadienne

La Marine royale canadienne appuiera la Gendarmerie royale du Canada et assurera la sécurité dans le cadre du Sommet du G7 en fournissant le personnel nécessaire et un élément de la composante maritime qui joueront un rôle actif dans le cadre des opérations de sécurité sous-marine dans la zone d’opérations.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.