Iran: la marine américaine s’attend à une «période d’incertitude» dans le Golfe

0
Dans le Golfe persique le 21 septembre 2016, un système d’armes Phalanx (CIWS) à bord du destroyer à missiles guidés USS Stout (DDG 55) Stout, déployé au sein groupe naval du porte-avions américain Eisenhower, fait feu dans le cadre des opérations de sécurité maritime dans la zone d’opérations de la 5ème flotte des États-Unis. (Archives/U.S. Navy/Spécialiste en communication de masse 3ème classe Bill Dodge)

La marine américaine a dit lundi s’attendre à une « période d’incertitude » concernant l’attitude de l’Iran dans le Golfe, suite à la décision du président américain Donald Trump de quitter l’accord sur le nucléaire iranien.

Ces derniers mois, des responsables américains ont affirmé que l’armée iranienne avait mis fin à des années d’interactions « hasardeuses et non professionnelles », comme le fait de faire s’approcher des vaisseaux iraniens de navires de guerre américains.

Mais le 8 mai, Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, et la réaction de l’Iran fait depuis l’objet d’interrogations.

« Nous entrons dans une période d’incertitude », a dit le chef des opérations navales américaines, l’amiral John Richardson. « Nous devons bien sûr rester vigilants, encore plus vigilants que d’habitude pour être prêts à tout type de réaction ou nouveau développement ».

Jusqu’ici, a-t-il noté, il n’y a pas eu de changement dans le comportement des Iraniens. « Les interactions continuent à être professionnelles et sûres », a-t-il dit.

En 2016 et 2017, l’US Navy s’est à plusieurs reprises plainte du comportement de navires des Gardiens de la révolution iraniens, l’armée d’élite du régime iranien, qui se sont souvent approchés dangereusement de navires américains.

Lors d’un incident, les militaires américains ont dû lancer des fusées éclairantes et procéder à des tirs de sommation pour les éloigner.

L’amiral Richardson s’exprimait devant des journalistes lors d’une visite sur l’USS George H.W. Bush, qui mène des exercices avec à son bord plus de 300 marins et pilotes français à 160 km au large de la Virginie.

L’unique porte-avions français, le Charles de Gaulle, étant en chantier de rénovation majeure jusqu’à l’automne, les pilotes français ont été conviés à faire leurs gammes d’appontage sur l’un des 11 porte-avions de l’US Navy pour conserver leurs compétences.

Les commentaires sont fermés.