Première intervention de Chelsea Manning à l’extérieur des États-Unis en mai à Montréal

0
Chelsea Manning. (tirée de la page Facebook @chelsea4senate)

La lanceuse d’alerte et transgenre Chelsea Manning prendra la parole publiquement pour la première fois à l’extérieur des États-Unis en mai à l’occasion de l’événement C2 Montréal, a confirmé cette semaine l’organisation de l’événement.

Chelsea Manning a été interdite d’entrée au Canada en septembre 2017 en raison de sa condamnation aux États-Unis, mais C2 Montréal a assuré qu’elle avait obtenu son droit d’entrée au pays.

«Chelsea Manning, l’une des voix les plus percutantes en matière de droits humains, prendra la parole lors de la 7e édition de C2 Montréal (du 23 au 25 mai 2018). Femme transgenre et ardente défenseure des droits des détenus et de la communauté LGBTQ+, Chelsea croit fermement qu’avec du courage et de la détermination, nous pourrons mieux contrôler nos données et prendre notre place dans la société.», ont annoncé cette semaine les organisateurs de l’événement qui réunit chaque année des milliers de décideurs et créatifs «pour façonner, vivre et réinventer l’avenir des affaires.»

Chelsea Manning est devenue célèbre est devenue célèbre pour avoir transmis en 2010 plus de 700 000 documents confidentiels à WikiLeaks, dont des rapports militaires sur la guerre en Irak et en Afghanistan, afin de dénoncer des violations des droits de l’homme.

Bradley Manning est escorté, le 30 juillet 2013, à sa sortie de la cour martiale de Fort Meade, près de Washington (Photo: Archives/Saul Loeb/AFP)
En 2013, au lendemain du verdict la condamnant à 35 ans de prison pour espionnage et fraude, Chelsea, auparavant prénommée Bradley, s’est déclarée transgenre. Elle s’est ensuite battue pour devenir – avec le soutien de l’Union américaine pour les libertés civiles – la première personne à obtenir des traitements d’hormonothérapie dans une prison militaire.

Dans l’un de ses derniers actes à titre de président des États-Unis, Barack Obama a commué sa peine en 2017, près de sept ans après son incarcération.

La participation de Chelsea Manning à C2 Montréal marquera sa première intervention à l’extérieur des États-Unis depuis sa libération. Outre l’entrevue publique qu’elle y accordera, elle animera une Classe de maître et un Atelier, dans lequel elle invitera les participants à se pencher sur le problème – de plus en plus difficile à ignorer – de la discrimination sexuelle dans l’industrie technologique.

La dorénavant femme de 30 ans a beaucoup changé pendant son passage en prison, et elle a vite constaté que le paysage numérique en avait fait autant, souligne le communiqué de l’organisation qui annonce sa venue à Montréal.

«Sept ans plus tard», écrivait-elle en dans un texte d’opinion intitulé «Chelsea Manning: The Dystopia We Signed Up For» paru septembre 2017 dans le New York Times, «pratiquement tout ce que nous faisons nous contraint à fournir de l’information numérique et nous met à la merci d’algorithmes invisibles qui menacent notre liberté.»

«Faire fi de la diversité dans la conception et le développement des technologies a des conséquences bien tangibles», a-t-elle récemment déclaré à C2 en faisant référence aux dangers du codage raciste et de la police prédictive, indique le communiqué de l’organisation aanonçant sa participation. «Les dirigeants d’entreprises ont une responsabilité, et doivent réaliser qu’ils peuvent être appelés à répondre de leurs actes.»

Les commentaires sont fermés.