Pyongyang affirme que le dialogue n’est pas dû aux pressions américaines

0
Monrage, Donald Trump (d), Kim Jong-Un (g). (AFP/Archives / SAUL LOEB, Ed JONES)

La Corée du Nord a mis en garde dimanche les États-Unis contre toute provocation et nié avoir été acculée à la négociation par les pressions américaines, à quelques semaines d’un sommet bilatéral très attendu.

Affirmer que la venue de Pyongyang à la table des négociations serait «un signe de faiblesse» n’est «pas favorable» pour le dialogue et pourrait «ramener la situation à la case départ», a mis en garde dimanche un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

Il a accusé les États-Unis de «provoquer délibérément» Pyongyang dans une tentative de plomber «l’atmosphère de dialogue».

Le président américain Donald Trump doit prochainement rencontrer pour la première fois le leader nord-coréen Kim Jong-un, quelques semaines après un sommet entre ce dernier et le président sud-coréen Moon Jae-in.

Le porte-parole nord-coréen n’a pas mentionné le sommet entre MM. Trump et Kim.

Après des années de tensions sur les programmes nucléaire et balistique de la Corée du Nord, la péninsule est depuis le début de l’année le théâtre d’une spectaculaire détente entre les deux Corées, qui sont toujours techniquement en guerre.

M. Trump avait affirmé fin avril que sa fermeté face à la Corée du Nord avait contribué à permettre le déblocage de la situation.

Il avait rappelé les critiques qui lui avaient été adressées par ses détracteurs américains à l’époque de la tension maximale avec M. Kim, quand les deux hommes échangeaient presque quotidiennement insultes personnelles et menaces de guerre.

«Vous vous rappelez ce qu’ils disaient ? « Il va nous plonger dans une guerre nucléaire »», avait lancé M. Trump. «Non, la force va nous préserver de la guerre nucléaire, elle ne va pas nous y plonger !»

Les commentaires sont fermés.