Régiment de Maisonneuve: Stéphane Tremblay succède à son successeur (PHOTOS)

0

Dimanche 20 mai, lors d’une cérémonie publique à la Place d’Armes, le lieutenant-colonel Tremblay a succédé…à son successeur, dont il était aussi… le prédécesseur.

Compliqué ? Non. Avait tout simplement lieu aujourd’hui la passation de commandement du Régiment de Maisonneuve où succédait au commandant sortant, le lieutenant-colonel Jean-Francois Latreille, le lieutenant-colonel Stéphane Tremblay, qui reprenait ainsi les rênes du Régiment qu’il avait lui même commandé de 2011 à 2015 avant de les céder le 10 mai 2015 au lieutenant-colonel Latreille.

C’était donc un retour à un Régiment qui lui est cher pour le lieutenant-colonel Tremblay.

La cérémonie de passation de commandement était présidée par le colonel Christian Mercier, commandant de la 34e Brigade du Canada, à laquelle appartient le Régiment de Maisonneuve.

Peu avant, pour souligner avec la Société historique de Montréal le 376e anniversaire de la fondation de la Ville,le Régiment avait défilé dans les rues de Montréal pour terminer par une cérémonie à la Place-d’Armes devant la Basilique Notre-Dame où s’est déroulé le traditionnel dépôt de couronnes suivie d’une salve d’honneur en hommage aux fondateurs de Montréal, Jeanne Mance et Pierre Chomedey, Sieur de Maisonneuve.

Comme il se doit, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, assistait à l’événement au cours duquel elle a, tout comme la consule générale de France, l’archevêque de Montréal et les représentants du Régiment de Maisonneuve après elle, déposé une couronne au pied de la statue des fondateurs de Montréal.

Le Régiment de Maisonneuve, une unité d’infanterie légère de la réserve de l’Armée canadienne située en plein cœur du centre-ville, est d’ailleurs l’unité officielle de la Ville de Montréal et est désigné comme étant l’un des «trois défenseurs» de Montréal avec le 438e Escadron tactique d’hélicoptère et le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Montréal.

Le Régiment est composé d’un effectif de près de 300 soldats qui participent à des entraînements militaires à temps partiel et qui partagent tous la volonté de servir. Fondé en 1880, le Régiment s’est illustré dans la majorité des conflits de notre époque.

Mais même après toutes ces années, les défis sont nombreux

Le nouveau commandant du Régiment de Maisonneuve, le lieutenant-colonel Stéphane Tremblay, après la cérémonie de passation de commandement du 20 mai 2018 à la Place d’Armes. (Jacques N. Godbout/45eNord.ca)
Mais, même après toutes ces années, les défis sont nombreux.

Le commandant entrant, le lieutenant-colonel Tremblay, qui a quitté l’état-major de la 2e Division où il œuvrait depuis son départ de l’unité en 2015 pour en reprendre aujourd’hui les rênes, ne cache pas que «La relève peut être problématique au niveau supérieur dans les unités de réserve des Forces armées canadiennes. En même temps, c’est une faveur que je fais, on m’a demandé de revenir pour différentes raisons et j’ai accepté avec plaisir et grand honneur parce que c’est mon unité d’appartenance, l’unité à laquelle j’appartiens et pour laquelle je suis fier, et je peux pas refuser la demande de revenir, qui est pour moi un immense honneur.»

D’avoir touché à des dossier plus larges au niveau de la Division pourra aussi aider le nouveau commandant à avoir une vision plus globale des enjeux

Et le recrutement et la rétention, en cette période de prospérité économique et de quasi-plein emploi, n’est pas le moindre des défis alors que la concurrence est vive pour aller chercher et retenir les meilleurs candidats. Le nouveau commandant a bien l’intention de travailler sérieusement sur cette question primordiale.

Cette année est aussi celle où le Régiment va «expansionner sur la Rive-Sud de Montréal, Saint-Hubert pour être plus précis, donc, il faut positionner le Régiment pour qu’il soit prêt à combler ses effectifs», indique également le lieutenant-colonel Tremblay.

Parallèlement à tout ça, l’«Armée canadienne a décidé d’attribuer des tâches opérationnelles à ses différentes unités de réserve», le Régiment de Maisonneuve étant heureux d’obenir une «vieille tâche qu’on avait déjà précédemment, celle de reconnaissance», souligne le commandant entrant du Régiment de Maisonneuve, pour qui cela ne peut-être qu’un facteur de rétention en donnant aux unités de réserve ce qu’elles demandent depuis «un certain temps déjà», des tâches spécifiques.

«Cela diversifie l’offre qu’on fait à nos jeunes soldats et cela peut contribuer fortement au niveau de la rétention», note le lieutenant-colonel Tremblay.

La relation avec la communauté

L’un des mandats de la réserve étant d’être la fenêtre es Forces armées canadiennes, le nouveau commandant révèle aussi que, cette année, il devrait annoncer de nouvelles initiatives de visibilité en partenariat avec la Ville de Montréal, dont il ne peut bien sûr pas nous dévoiler les détails avant d’en avoir discuté avec la mairesse, Valérie Plante.

Mais, si cela peut-être une indication de ce pourrait nous réserver l’avenir proche, le lieutenant-colonel tient à souligner que c’est dans cette perspective que le Régiment de Maisonneuve a décidé de faire ce dimanche 20 mai sa passation de commandement à la Place d’Armes devant les Montréalais et les visiteurs plutôt qu’à l’intérieur de son manège, rue Cathcart.

Et la Rive-Sud ne devrait pas être en reste. Avec l’expansion du Régiment, le lieutenant-colonel ne cache pas entrevoir la possibilité d’y obtenir des droits de cité.

Le Régiment de Maisonneuve sera une unité à suivre de près dans les années qui viennent. Jeune de ses 138 ans, a toujours incontestablement Bon cœur et Bon bras.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.