Savoir comment la Défense nationale dépense son argent, ou plutôt votre argent

0
Savoir comment la Défense nationale dépense son argent ou, plutôt, notre argent. (Archives/Banque du Canada)

La Défense nationale lance son Plan d’investissement pour accroître la transparence, la responsabilisation et les résultats en matière de dépenses de la Défense.

Aujourd’hui, pour la toute première fois, le gouvernement a publié le Plan d’investissement de la Défense. Dans le cadre de l’engagement du gouvernement à relever la barre en matière d’ouverture, de transparence et de responsabilisation, le Plan d’investissement fournit à la population canadienne des renseignements importants sur la façon dont le Ministère et les Forces armées canadiennes dépensent les fonds publics. Il informe en outre les industries canadiennes de la défense et de la sécurité des futures possibilités d’investissement qui généreront des emplois et de la croissance économique partout au pays.

«Le Plan d’investissement de la Défense donne suite à l’engagement que nous avons pris dans Protection, Sécurité, Engagement d’être plus transparent avec la population canadienne en ce qui a trait aux dépenses en matière de défense. Il fournira à l’industrie de plus amples renseignements sur les investissements du gouvernement en défense afin de procurer à nos femmes et hommes en uniforme l’équipement et les infrastructures dont ils ont besoin pour faire leur travail», a déclaré le ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan.

Le Plan d’investissement de la Défense comporte un outil de recherche en ligne, soit l’Index des capacités de la Défense, qui permettra à l’industrie de trouver l’information nécessaire à l’appui de la planification des activités de recherche et développement et des partenariats stratégiques. La collaboration avec l’industrie canadienne de la défense accroît la capacité des Forces à remplir leur mandat grâce à leurs capacités militaires de base, en plus de procurer de l’emploi aux Canadiennes et Canadiens.

Le Plan d’investissement de la Défense donne à la population canadienne un aperçu dans précédent des centaines de projets et contrats relatifs à des biens d’équipement, à des investissements dans les infrastructures et à des biens et services qui permettront aux Forces d’assurer la sécurité des Canadiennes et Canadiens et de soutenir ses alliés et partenaires à l’étranger.

L’Index des capacités de la Défense est un outil de recherche en ligne qui regroupe plus de 200 projets.

Grâce à cet outil en ligne, l’industrie et l’ensemble de la population canadienne pourront trouver des investissements dans les capacités en effectuant une recherche par élément (Marine, Armée de terre ou Aviation), par secteur d’investissement dans les capacités de la Défense (p. ex. l’avionique), par capacité industrielle clé du Canada (16 en tout) ou par mot-clé.

Pour consulter l’Index des capacités de la Défense, rendez-vous sur le site Web du Plan d’investissement.

«Le Plan d’investissement de la Défense fournit des renseignements qui, selon moi, aideront les entreprises aérospatiales canadiennes de toutes tailles à tirer profit des possibilités d’investissements en défense. Une fois que le plan sera dévoilé et que l’industrie aura commencé à s’en servir, j’ai espoir que cet outil soutiendra l’étroite collaboration entre le gouvernement et ses partenaires de l’industrie nécessaire pour bien équiper les Forces armées canadiennes», a dit pour sa part Jim Quick, président et directeur général de l’Association des industries aérospatiales du Canada.

Toutefois, le gouvernement fédéral a dépensé 2,3 milliards $ de moins que ce qui avait été prévu l’an dernier pour du nouveau matériel militaire, a révélé mercredi le ministre de la Défense, Harjit Sajjan.

Cette mise au point de M. Sajjan a été faite au premier jour du CANSEC à Ottawa, la plus importante foire annuelle d’armement au Canada, dans le cadre de laquelle des responsables des plus grandes entreprises d’équipement militaire au monde débarquent dans la capitale pour se faire valoir auprès du gouvernement et de l’armée.

Il a minimisé cependant l’écart avec l’objectif initial, soutenant qu’une partie de l’argent non dépensé représentait en fait des économies que le gouvernement a pu faire sur certains projets, et que d’autres étaient le résultat d’entreprises n’ayant pas respecté leurs obligations.

Par contre, surprise peut-être pour certains, le Canada a discrètement versé 54 millions $ de plus pour le développement du chasseur furtif F-35, de Lockheed Martin, portant son investissement total dans le projet controversé à environ un demi-milliard de dollars depuis 20 ans.

S’il est de pratique courante que les gouvernements intéressés par un avion militaire investissent en amont dans son développement, il n’est pas toutefois pas acquis qu’Ottawa, qui doit lancer un appel d’offres au début de l’an prochain, choisisse cet appareil pour remplacer sa flotte de CF-18.

Le secteur de la défense emploie plus de 60 000 Canadiennes et Canadiens et contribue plus de 10 milliards annuellement au produit intérieur (PIB) du Canada. Le secteur canadien de l’aérospatiale a généré 208 000 emplois supplémentaires dans l’économie canadienne et contribué pour près de 28 milliards de dollars au PIB.

Les commentaires sont fermés.