Syrie: 12 combattants prorégime tués dans une frappe de la coalition internationale

0
Des combattants de l’armée syrienne dans la province de Deir Ezzor en août 2017. (Nezar Mihoub/Sputnik)

Au moins 12 membres des forces progouvernementales syriennes ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi dans une frappe aérienne sur des positions du régime dans l’est de la Syrie, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Selon l’Observatoire, la frappe a été menée par la coalition internationale antijihadistes conduite par les Etats-Unis au sud de Boukamal, dans un secteur qui a été attaqué à plusieurs reprises par le groupe Etat islamique (EI).

« Au moins trois véhicules ont été détruits par la frappe », a déclaré le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les 12 combattants tués n’étaient pas syriens, a-t-il dit, sans pouvoir cependant être en mesure de donner leur nationalité.

L’agence de presse officielle syrienne Sana avait fait état plus tôt de frappes américaines das ce secteur, disant qu’elles n’avaient provoqué que de dégâts matériels.

La coalition dirigée par les Etats-Unis, qui combat l’EI dans l’est de la Syrie, n’a pas régi dans l’immédiat à ces informations.

La coalition dément avoir frappé des positions syriennes

Le Pentagone a démenti jeudi que la coalition dirigée par les Etats-Unis ait frappé des positions du régime dans l’est de la Syrie, faisant 12 morts dans une région où les deux camps combattent séparément les jihadistes.

« Ces informations sont fausses », a indiqué un porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Kone Faulkner, démentant des affirmations de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) et de l’agence de presse officielle syrienne Sana.

« La coalition n’a mené aucune frappe contre des positions de l’armée syrienne dans l’est de la Syrie », a-t-il ajouté.

Le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, avait indiqué plus tôt que des avions de la coalition avaient touché des positions de l’armée au sud de Boukamal, une ville à quelques kilomètres de la frontière irakienne.

Au moins 12 combattants non syriens ont été tués, a-t-il ajouté, sans pouvoir préciser leur nationalité. Des combattants iraniens, libanais et irakiens combattent aux côtés du régime dans ce secteur.

Une source militaire citée par Sana a confirmé que des positions du régime entre Boukamal et Hmeimeh avaient été visées « dans une attaque des avions de la coalition américaine ».

Boukamal et Hmeimeh se trouvent dans la province orientale de Deir Ezzor, où les troupes prorégime d’un côté et la coalition internationale et les Forces démocratiques syriennes (FDS, une coalition dominée par les Kurdes) de l’autre mènent des offensives distinctes contre le groupe Etat islamique (EI).

Une ligne dite de « déconfliction » qui longe le fleuve Euphrate, en place depuis 2017, est destinée à empêcher tout affrontement entre les prorégime à l’ouest du fleuve et les FDS à l’est.

La mission de la coalition « est de vaincre l’EI dans des zones précises d’Irak et Syrie », a rappelé le lieutenant-colonel Faulkner. « Cette mission n’a pas changé ».

Les commentaires sont fermés.