Un premier Canadien commandant adjoint du Commandement des Nations Unies en Corée.

0
Le lieutenant-général Eyre en juillet 2014 alors que, brigadier-général à l’époque, il prenait le commandement de la 3e Division du Canada après avoir été, notamment, en 2014 commandant de la mission de formation de l’OTAN en Afghanistan et commandant adjoint du XVIII U.S. Airborne Corps à Fort Bragg aux U.S.A. de 2012 à 2014. Il était jusqu’èa nomination en Corée commandant adjoint du Commandement du personnel militaire. (Robert Schwartz/3 CDSG Imaging Edmonton) (Robert Schwartz/3 CDSG Imaging Edmonton)

Le lieutenant-général Wayne D. Eyre des Forces armées canadiennes est le commandant adjoint désigné du Commandement des Nations Unies en Corée. Il est le premier officier général non américain à occuper ce poste depuis la création de cette organisation, il y a 68 ans.

La nomination du lieutenant-général Eyre démontre le leadership du Canada et souligne le rôle accru joué récemment par le Canada pour appuyer la stabilité dans la péninsule coréenne. Le Canada collabore étroitement avec ses alliés pour revitaliser le Commandement des Nations Unies et participe activement aux exercices militaires qui réduisent les risques d’escalade accidentelle susceptibles de miner les efforts diplomatiques.

Les Forces armées canadiennes, qui fournissent actuellement six personnes au Commandement des Nations Unies, devraient en affecter quinze cet été.

La décision du Canada d’accroître sa participation est conforme à la politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement. Elle reflète également l’importance que le Canada accorde à la sécurité dans la région Asie-Pacifique et démontre la détermination du Canada à appuyer ses principaux alliés et partenaires, dont la Corée du Sud, conformément à ses valeurs et à ses intérêts.

L’appui à un Commandement des Nations Unies composé d’un grand nombre de pays contribuera à l’objectif du Canada de créer des conditions propices à l’élaboration de solutions diplomatiques pacifiques dans la péninsule coréenne.

«Depuis près de 70 ans, le Canada appuie la paix et la sécurité dans la péninsule coréenne par son engagement constant à l’égard du Commandement des Nations Unies. La nomination du lieutenant-général Eyre au poste de commandant adjoint du Commandement des Nations Unies en Corée et la contribution accrue des Forces armées canadiennes démontrent une fois de plus notre engagement à maintenir l’armistice. La décision d’accroître notre participation au Commandement des Nations Unies s’inscrit dans nos efforts continus à l’appui de nos principaux partenaires dans la région Asie-Pacifique.», a commenté le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan.

«Faire notre part pour la paix et la sécurité mondiales, c’est souvent plus qu’envoyer un grand nombre de membres des Forces armées canadiennes. En envoyant le Lgén Eyre s’acquitter des fonctions de commandant adjoint du Commandement des Nations Unies en Corée, je dépêche un officier général accompli qui, j’en suis certain, représentera le Canada et les Forces armées canadiennes avec distinction dans le cadre de cette importante mission des Nations Unies.», a pour sa part déclaré le général Jonathan Vance, chef d’état-major de la Défense

«Je me réjouis à l’idée de relever les défis associés aux fonctions de commandant adjoint du Commandement des Nations Unies en Corée, et je suis particulièrement honoré d’avoir été sélectionné pour ce poste. Le Canada est résolu à maintenir la paix et la sécurité dans la péninsule coréenne et l’ensemble de la région Asie-Pacifique, où le Commandement des Nations Unies joue un rôle important, et je ferai tout en mon pouvoir pour appuyer cet objectif. La contribution accrue des Forces armées canadiennes est un autre exemple qui montre que les Forces armées canadiennes sont une force au service du bien dans le monde.», a quant à lui déclaré le commandant adjoint désigné du Commandement des Nations Unies en Corée, le lieutenant-général W.D. Eyre.

Faits en bref

Le chef d’état-major de la défense publiera, au cours des prochaines semaines, un message général des Forces canadiennes (CANFORGEN) présentant les nominations chez les généraux et les officiers généraux pour 2018, dont celle du Lgén Eyre.

Le Commandement des Nations Unies est le commandement multinational qui a dirigé les efforts des alliés pendant la guerre de Corée (1950-1953) suivant les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. La guerre s’est terminée sans accord de paix permanent, mais un armistice a mis fin aux hostilités en 1953. La Commission d’armistice militaire du Commandement des Nations Unies (UNCMAC) a été créée afin de superviser la mise en œuvre de cet accord, et le Commandement des Nations Unies, la Chine et la Corée du Nord ont signé la Convention d’armistice le 27 juillet 1953.

Le Commandement des Nations Unies est demeuré la principale organisation de commandement militaire chargée de la défense de la Corée du Sud jusqu’à la création, en 1978, du Commandement des forces multinationales des États-Unis pour la République de Corée. Depuis, il se concentre sur le maintien de l’armistice et la coordination et la surveillance des engagements internationaux en temps de crise.

La Commission d’armistice militaire du Commandement des Nations Unies, dont le quartier général est situé à Séoul et à Panmunjom, est chargée, en vertu de la Convention d’armistice, de superviser la zone démilitarisée qui s’étend sur 244 kilomètres.

Les Forces armées canadiennes fournissent du personnel permanent au Commandement des Nations Unies et participent à des exercices qui contribuent à la dissuasion et à l’apaisement dans la péninsule, ainsi qu’à la planification stratégique et aux consultations avec les homologues militaires et diplomatiques des partenaires participants et des pays alliés.

L’attaché de défense du Canada et l’attaché adjoint représentent les Forces armées canadiennes à Séoul et agissent à titre d’équipe de liaison officielle du Canada auprès du Commandement des Nations Unies. Ils sont membres de la Commission d’armistice militaire et participent aux tâches associées à l’armistice, comme l’inspection des postes de garde, les enquêtes sur les violations du cessez-le-feu et d’autres activités, ce qui comprend le rapatriement des victimes de guerre à destination et en provenance de la Corée du Nord.

Le Canada et la Corée du Sud ont signé un protocole d’entente sur la coopération internationale au développement qui établit un cadre en vue d’une coopération plus étroite entre les deux pays dans trois grands domaines : le dialogue politique, les liens institutionnels et l’établissement de programmes.

De solides relations de populations à populations unissent le Canada et la Corée, dont l’histoire et la culture s’entremêlent. Ces relations sont d’autant plus importantes que le Canada compte plus de 170 000 citoyens d’origine coréenne et que les deux pays entretiennent des liens économiques de plus en plus importants en vertu de l’accord de libre-échange qu’ils ont conclu en 2014.

Les commentaires sont fermés.