Le sommet Trump-Kim aura bel et bien lieu le 12 juin

0
Kim Yong-chol accueilli le 1er juin 2018 par le secrétaire général de la Maison-Blanche, John Kelly. (SAUL LOEB/AFP)

Donald Trump a confirmé vendredi la tenue de son sommet avec Kim Jong-un le 12 juin à Singapour après avoir reçu pendant plus d’une heure à la Maison-Blanche le bras droit du dirigeant nord-coréen.

En s’exprimant devant la presse, le président américain a également affirmé que la Corée du Nord voulait dénucléariser, et a prédit que le dialogue avec Pyongyang serait «un processus couronné de succès».

Donald Trump, à qui le général Kim Yong-chol a remis une lettre de Kim Jong-un, a également promis que les États-Unis n’imposeraient pas de nouvelles sanctions à la Corée du Nord pendant les négociations.

«Je ne veux plus utiliser le terme « pression maximale ». Je ne veux plus utiliser ce terme. Nous nous entendons bien. Vous voyez notre relation», a-t-il déclaré aux reporters sur la pelouse de la Maison-Blanche, après avoir raccompagné Kim Yong-chol à sa voiture.

Les deux hommes se sont entretenus dans le bureau Ovale pendant près d’une heure et 20 minutes, dans une nouvelle manifestation de la détente spectaculaire entre les deux pays, à pleine plus d’une semaine après que Donald Trump eut décidé d’annuler le sommet du 12 juin.

«Je n’ai jamais dit que ce serait réglé en une réunion. On parle d’années d’hostilités et de problèmes», a-t-il cependant mis en garde, avant de prédire qu’«à la fin, il y aura une issue très positive».

Concernant la dénucléarisation du régime de Pyongyang, il a assuré: «Je sais qu’ils veulent le faire. Ils veulent d’autres choses similaires. Ils veulent se développer en tant que pays. Cela va se faire, je n’ai aucun doute».

Le négociateur en chef de Pyongyang, qui est le plus haut dirigeant nord-coréen à se rendre aux États-Unis depuis 18 ans, y a aussi retrouvé, pour la troisième fois en trois jours, le secrétaire d’État Mike Pompeo, après leurs discussions de mercredi et jeudi à New York qui avaient permis, selon les Américains, de faire de «réels progrès» vers la tenue du sommet.

Les commentaires sont fermés.