Première visite d’un ministre canadien de la Défense au Vietnam

0
Le Canada et le Vietnam entretiennent de solides relations bilatérales et plus de 220 000 Canadiens d’origine vietnamienne sont fiers d’avoir élu domicile au pays. Excellente conversation avec le vice-premier ministre vietnamien et ministre des Affaires étrangères Pham Binh Minh. (Twitter/ @HarjitSajjan)

Après Singapour où il a participé pour la troisième fois depuis qu’il est membre du gouvernement au Dialogue au Shangri-la, Harjit Sajjan a conclu la première visite d’un ministre canadien de la Défense au Vietnam.

En tant que pays du Pacifique, le Canada est résolu à renforcer ses relations dans la région de l’Asie-Pacifique, en soutenant activement la paix, la sécurité et la prospérité des nations de cette région, maintenant et à long terme, a fait valoir au cours de ce voyage le ministre Sajjan, député à la Chambre des communes du Canada de la circonscription de Vancouver-Sud, en Colombie-Britannique, la province canadienne la plus tournée vers l’Asie et dont la métropole d’un million d’habitants, Vancouver, est devenue avec plus de 350 000 Asiatiques, la capitale asiatique des Amériques.

Le voyage comprenait la participation au Sommet annuel de l’Institut international d’études stratégiques (IISS) sur la sécurité en Asie, communément appelé le Dialogue au Shangri-La, qui a eu lieu du 1er au 3 juin à Singapour, suivie de la première visite officielle d’un ministre canadien de la Défense à Hanoï, au Vietnam, les 4 et 5 juin.

Premier sommet de la défense dans la région de l’Asie-Pacifique, le Dialogue au Shangri-La réunit des ministres, des délégués et des experts de la défense de plus de 50 pays.

«Les relations du Canada avec ses voisins de l’Asie-Pacifique constituent une priorité clé. Des conférences comme le Dialogue au Shangri-La représentent d’excellentes occasions de rencontrer mes homologues de l’Asie-Pacifique et de discuter d’importantes questions de défense auxquelles la région doit faire face. Nous sommes impatients de poursuivre ces conversations et de continuer à travailler avec nos partenaires pour répondre aux préoccupations communes en matière de sécurité et de défense qui touchent tous les pays du Pacifique.», a déclaré le ministre canadien qui avait déjà affirmé à sa première participation au Dialogue de Shangri-la en 2016 que «Le Canada est pour une grande part une nation du Pacifique».

Les Forces armées canadiennes (FAC) participent d’ailleurs à plusieurs exercices militaires dans toute la région de l’Asie-Pacifique afin de renforcer ses relations en matière de défense avec les principaux partenaires régionaux et le ministre Sajjan a été rejoint au Dialogue au Shangri-La par Jody Thomas, sous-ministre, ministère de la Défense nationale, le lieutenant-général Wayne D. Eyre des Forces armées canadiennes (récemment nommé commandant adjoint désigné du Commandement des Nations Unies en Corée), et le major-général Derek Joyce, directeur général, Politique de sécurité internationale, ministère de la Défense nationale.

Au cours du Sommet 2018, le ministre canadien a pris la parole dans le cadre d’une rencontre d’un groupe d’experts sur le désamorçage de la crise en Corée du Nord (De-escalating the North Korean Crisis), qui s’est tenue le matin du 2 juin et réunissait, outre le ministre Sajjan, le ministre de la Défense sud-coréen, Song Youngmoo, et le ministre de la Défense du Japon, Itsunori Onodera.

Tout en se disant encouragé par la tenue du sommet qui réunira le 12 juin le président américain et le leader nord-coréen le 12 juin à Singapour, le ministre canadien a déclaré que, pour le Canada «Tout ce qui serait moins qu’une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible serait inacceptable», position qui rejoint celle exprimé au Sommet par son homologue américain James Mattis.

Il a également participé un peu plus tard ce jour là à une autre rencontre d’un groupe d’experts, cette fois sur la détermination de l’évolution de l’ordre de sécurité en Asie (Shaping Asia’s evolving security order), en compagnie des ministre vietnamien, indonésien et autralien de la Défense, le général Ngo Xuan Lich, le général (ret) Ryamizard Ryacudu et Mme Marise Payne.

Au cours du Sommet, le ministre Sajjan a souligné l’engagement du Canada à prévenir les conflits et à soutenir la stabilité dans la région de l’Asie-Pacifique. Pendant son séjour à Singapour, il a également rencontré un certain nombre de ses homologues régionaux pour discuter des principaux enjeux de sécurité en Asie-Pacifique.

Visite au Vietnam et l’art d’éviter les eaux troubles

À la suite de ce voyage à Singapour, le ministre Sajjan s’est rendu au Vietnam où il a rencontré des responsables hauts placés de la sécurité et de la défense, dont le ministre de la Défense, Ngo Xuan Lich, le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Pham Binh Minh, et le président Tran Dai Quang.

Cette visite, aux dires du ministre, a été l’occasion de mettre en évidence la croissance de les relations bilatérales canado-vietnamiennes. Elle a aussi fourni une occasion précieuse d’approfondir les relations en matière de défense et d’explorer une coopération renforcée dans un certain nombre de domaines, y compris le maintien de la paix et la sécurité maritime.

Le Vietnam est un des six pays asiatiques avec la Chine qui se disoutent le contrôle d’espaces maritimes et insulaires portant sur la délimitation des zones économiques exclusives (ZEE) et la possession des îles, îlots et rochers des Paracels et Spratleys. Les enjeux y sont à la fois politiques, économiques et géopolitiques.

Washington a pour sa part réitéré sa position à Singapour: les Etats-Unis continueront à s’opposer aux revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale, où le régime communiste a construit des installations militaires sur des îlots artificiels à l’appui de ses revendications territoriales, a déclaré mardi le ministre américain de la Défense, Jim Mattis.

En réponse à une question d’un journaliste de 45eNord.ca en conférence de presse ce matin depuis Hanoï, le ministre Sajjan a plus diplomatiquement exprimé le souhait que ces questions puissent se résoudre par les mécanismes appropriés «Il y a des mécanismes en place pour régler ces disputes et on devrait pouvoir s’attendre au respect des décisions des instances appropriées et des règles internationales en cette matière, de manière à éviter l’instabilité dans la région».

L’autre fait saillant de cette visite a été la signature d’un protocole d’entente (PE) officialisant la participation du Vietnam au Programme d’instruction et de coopération militaires du Canada.

Le Vietnam s’est joint au Programme d’instruction et de coopération militaires (PICM) en juin 2017. Depuis, 14 militaires vietnamiens ont participé à des cours parrainés par le PICM.

Le Programme d’instruction et de coopération militaires (PICM) est un vaste programme de diplomatie de défense qui fait progresser la contribution du Canada à la paix et à la sécurité internationale. En tant que membre du PICM, le Vietnam reçoit une formation linguistique en anglais et en français, une formation aux opérations de soutien de la paix, une formation d’officiers d’état-major et une formation de perfectionnement professionnel militaire.

Les commentaires sont fermés.