Des sénateurs constatent que le système de transition vers la vie civile abandonne les anciens combattants

0
Le système de transition vers la vie civile est lent et complexe, selon des sénateurs. (Bureau de l’ombudsman des vétérans)

Un système de transition lent et excessivement complexe afflige indûment des milliers d’hommes et de femmes dont la carrière militaire se termine après avoir fait des sacrifices inimaginables pour défendre le Canada, a indiqué le Sous-comité sénatorial des anciens combattants dans un rapport publié mercredi.

Si le système de transition n’est pas réformé, ses lacunes risquent de compromettre la sécurité nationale du Canada.

Le rapport, intitulé De la vie militaire à la vie civile : professionnaliser le processus de transition, demande au gouvernement fédéral d’apporter immédiatement des changements à un processus de transition qui, malgré des années de critiques abondamment médiatisées et pleinement justifiées, reste obstinément inefficace.

Lorsqu’ils quittent les forces, les soldats doivent faire face à de multiples échelons bureaucratiques, qui retardent le versement de prestations leur revenant de plein droit, qui portent atteinte à leur contribution au Canada et qui découragent l’enrôlement.

Le rapport formule 13 recommandations, dont trois qui devraient être mises en œuvre immédiatement selon le sous-comité :

· Qu’aucun membre ne soit libéré des Forces armées canadiennes avant que tous les avantages et les services auxquels il a droit, provenant de toutes les sources, soient en place.

· Qu’Anciens Combattants Canada (ACC) veille à ce que les gestionnaires de cas ne se voient pas attribuer plus de 25 anciens combattants.

· Que les Forces armées canadiennes et Anciens Combattants Canada délivrent une carte d’identité aux membres avant leur libération, carte qui attestera de leur service militaire et qui indiquera leur numéro d’identification, lequel permettra aux vétérans et à ACC d’effectuer un suivi rapide et efficace.

Le Canada exige beaucoup de ses militaires; le gouvernement a le devoir d’honorer leur service en appuyant comme il se doit leur transition vers la vie civile.

Faits saillants

· Entre 9 000 et 10 000 militaires sont libérés chaque année.

· Le tiers éprouve des difficultés à effectuer une transition vers la vie civile.

· Environ 1 600 sont libérés pour des raisons médicales.

Citations

« Les membres du sous-comité sont d’avis que les hommes et les femmes qui ont fait des sacrifices inimaginables pour assurer la défense de notre pays méritent que ces améliorations soient mises en œuvre sans tarder. »

– Le sénateur Jean-Guy Dagenais, président du sous-comité

« Le recrutement des hommes et des femmes au sein des Forces armées canadiennes se fait de façon professionnelle. Le même professionnalisme devrait s’appliquer à leur libération. »

– La sénatrice Mobina S.B. Jaffer, vice-présidente du sous-comité

« Il faut absolument qu’Anciens Combattants Canada mette en place des mécanismes capables d’assurer la continuité des soins et un dispositif complet de soutien avant la libération pour garantir une transition harmonieuse. »

– Michael L. Blais, président, Canadian Veterans Advocacy

« Le gouvernement quant à lui doit s’assurer que les ressources et les programmes sont en place pour répondre à leurs besoins; il doit aussi examiner l’accessibilité à ces programmes et s’assurer que le personnel de première ligne est en place, et qualifié pour aider les vétérans et leur famille. »

– Ray McInnis, directeur, Bureau d’entraide, Légion royale canadienne

Les commentaires sont fermés.