Syrie: 22 combattants prorégime tués dans des attaques de l’EI dans le sud

0
Des groupes rebelles syriens en juin 2015 sur la base aérienne Al-Thala, dans de la province de Soueida (sud), voisine de la province de Deraa. (Archives/Hiba Mohammed/Arabe 21)

Au moins 22 combattants prorégime, dont 11 soldats de l’armée syrienne parmi lesquels deux officiers, ont été tués jeudi dans des attaques menées par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans le désert de la province méridionale de Soueida.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), ces attaques sont les « premières » lancées depuis le désert de Soueida, où « aucune présence de l’EI n’était soupçonnée depuis 2016 », souligne le directeur de l’OSDH, Sami Abdel Rahmane.

L’EI multiplie ses attaques contre des positions du régime depuis le 22 mai, au lendemain de son éviction par les forces loyalistes de son dernier bastion dans la capitale Damas.

Selon l’OSDH, « l’aviation russe n’est toujours pas intervenue » pour soutenir les forces prorégime depuis le 22 mai.

Parmi les 22 combattants tués jeudi, neuf appartiennent à des milices chiites pro-iraniennes, six sont des soldats de l’armée syrienne tandis que l’identité des autres n’a pas encore été identifiée », a indiqué M. Abdel Rahmane à l’AFP.

Ce nouveau bilan porte à 184 le nombre de combattants loyaux à Bachar el-Assad tués par l’EI en 17 jours, contre au moins 92 jihadistes.

L’EI contrôle désormais moins de 3% du territoire syrien –contre près de 50% fin 2016 à l’époque de son « califat » autoproclamé–, après des offensives distinctes des forces prorégime et des combattants antijihadistes soutenus par la coalition internationale menée par les Etats-Unis.

Le groupe jihadiste, qui détient encore quelques poches dans le désert qui s’étend de l’est de Damas jusqu’à la ville de Boukamal, à la frontière irakienne, est depuis plus de deux semaines la cible de deux offensives concomitantes et distinctes dans cette région à cheval entre les provinces de Raqa et Deir Ezzor.

Il a lancé dimanche une offensive contre des villages tenus par le régime et ses alliés dans la vallée de l’Euphrate et a pris le contrôle de quatre localités situées sur l’axe routier reliant la ville de Boukamal à celle de Deir Ezzor, selon l’Observatoire.

« Le régime en a récupéré trois depuis », indique le directeur de l’OSDH. Mais l’attaque de jeudi a permis aux jihadistes de « conquérir deux nouvelles localités » dans la province de Soueida, précise-t-il.

Les commentaires sont fermés.