Infanterie 0010 #502 Les promotions dans la Réserve

60
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Vaillancourt, Lacogne et Mazout, fidèles à leurs habitudes, vont sûrement faire des moqueries sur leurs caporal-chef, mais pas pour des raisons différentes que ce dernier imagine. Ce n’est pas la première fois que je fais cette blague. (strip #135)

La progression en grade est plus rapide dans la Réserve que dans la Régulière. C’est un fait. Et c’est dû à plusieurs facteurs.

L’un d’eux est que les promotions marchent un peu comme le ratio de l’offre et la demande. On a besoin de « X » de caporaux-chefs alors on va donner « X » promotions. Un certain nombre de caporaux-chef vont quitter l’infanterie, il faut donc les remplacer. Bref, ça suit le roulement du personnel. L’infanterie de la Régulière est sans doute le métier ou ce roulement est le plus important. Car c’est le métier, ou du moins l’un des métiers, où l’enrôlement et les demandes de changements de métier ou de libération se fait le plus. C’est encore pire dans la Réserve puisque que pour beaucoup la Réserve n’est qu’un essai ou de quoi pour arrondir ses fin de mois pendant ses études.

Évidemment, certains font de longues carrières parmi les Réservistes et ce n’est pas une mauvaise chose. J’ai déjà eu un sergent qui avait plus de vingt ans dans les Fusiliers de Sherbrooke et quatre déploiements à l’étranger. Disons juste que c’est moins fréquent. C’est quelque chose.

Un autre facteur est qu’il ne faut que 16 ans pour joindre la Réserve alors qui en faut 17 pour la Régulière. C’est juste une année, mais ça peut faire une différence.

***

PS : Dans le strip #498 Savard affirmait être « sergent ». Alors que sur la fiche le présentant sur Facebook il est « caporal-chef ». Ce dernier est le bon grade. Je ne sais pas pourquoi j’ai écrit « sergent », je devait être pas mal distrait.