La Corée du Nord commence à démanteler son site de tirs de satellites

0
Image satellite fournie le 23 juillet 2018 par 38 North du démantèlement des infrastructures du site de Sohae, la principale base de lancement nord-coréenne de satellites. (Pléiades © Cnes 2018, Distribution Airbus DS/AFP / Handout)

La Corée du Nord a commencé à démanteler des infrastructures sur sa principale base de lancement de satellites, considérée comme servant de site d’essais pour ses missiles balistiques intercontinentaux, selon des images récentes analysées par des experts.

Si elles étaient confirmées, les informations du site internet respecté 38 North pourraient témoigner d’un pas en avant après le sommet historique du 12 juin entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président Donald Trump. Mais certains spécialistes ont mis en doute l’importance de ces opérations.

Après la rencontre de Singapour, le locataire de la Maison Blanche avait affirmé qu’il n’y avait plus de menace nucléaire nord-coréenne. Mais les médias américains rapportent qu’en privé, M. Trump fulmine face à l’absence de progrès tangible sur la voie de la dénucléarisation.

En public toutefois, il se montre optimiste. L’étude de 38 North est publiée au moment où le président s’est dit « très heureux » du déroulement des pourparlers avec Pyongyang.

Selon 38 North, des images satellite du Site de lancement de satellites de Sohae prises les 20 et 22 juillet montrent qu’un bâtiment monté sur rails, dans lequel les fusées sont assemblées avant d’être placées sur le pas de tir, a commencé à être démonté.

Un banc d’essai pour les réacteurs des fusées servant à tester les moteurs à combustible liquide a également commencé à être démantelé.

Sohae, sur la côte nord-ouest de la Corée du Nord, sert officiellement à placer des satellites en orbite mais les réacteurs peuvent aisément être adaptés aux missiles balistiques et la communauté internationale accuse le programme spatial nord-coréen d’être le cache-sexe de ses programmes d’armements.

Pour l’expert de 38 North Joseph Bermudez, il s’agit d’une avancée « importante » sur la voie des engagements pris par le dirigeant nord-coréen.

– Le « minimum » –

« Du fait que ces bâtiments sont considérés comme ayant joué un rôle important dans le développement de technologies pour le programme de missiles balistiques intercontinentaux (de Pyongyang), il s’agit d’importantes mesures pour bâtir la confiance de la part de la Corée du Nord », a ajouté l’expert.

A Singapour, le président américain avait déclaré que M. Kim s’était engagé à détruire un site « majeur » d’essais de moteurs de missiles, sans préciser lequel.

Si Sohae est le principal site de tirs de fusées depuis 2012, certains spécialistes estiment qu’il ne faut pas accorder trop de signification à ces informations.

Pour Melissa Hanham, chercheuse au James Martin Center for Nonproliferation Studies à Monterey, le démantèlement en cours est « une bonne chose » mais c’est « le minimum » de ce qui peut être fait à Sohae.

« A moins qu’ils ne démantèlent le site tout entier, il restera le principal site nord-coréen de lancements spatiaux », a-t-elle dit.

« La Corée du Nord n’a pas besoin du banc d’essais de moteurs de Sohae si elle a confiance dans la conception de ses moteurs. Comme l’a dit lui-même (Kim Jong Un), la Corée du Nord passe des essais à la production de masse ».

Pour elle, il faut guetter d’éventuels autres sites où des missiles pourraient être construits. « Nous avons ignoré la Corée du Nord pendant trop longtemps. Aujourd’hui, il s’agit de gérer le nombre d’armes nucléaires et moyens d’acheminement dont ils disposent, pas de savoir s’ils les ont ».

Un responsable militaire américain abonde. Sohae n’est pas une priorité pour le Pentagone.

« Ce n’est pas sur nos radars », a-t-il dit à l’AFP.

En attendant, les Etats-Unis viennent de réclamer à l’ONU une « pleine application des sanctions » contre la Corée du Nord, un rappel à l’ordre qui illustre leur difficulté à obtenir de réelles avancées sur la dénucléarisation.

Le président américain Donald Trump a salué mardi le début de démantèlement par la Corée du Nord des infrastructures sur sa principale base de lancement de satellites, six semaines après sa rencontre « fantastique » avec le leader nord-coréen Kim Jong Un à Singapour.

« De nouvelles images aujourd’hui montrent que la Corée du Nord a commencé le processus de démantèlement d’un site majeur de tirs de missiles et nous y sommes sensibles », a déclaré M. Trump, qui faisait référence à des images satellites, publiées par le site internet respecté 38 North, de la base de lancement de satellites de Sohae, considérée comme site d’essais pour les missiles balistiques intercontinentaux de Pyongyang.

Selon 38 North, ces images satellite prises les 20 et 22 juillet montrent qu’un bâtiment monté sur rails, dans lequel les fusées sont assemblées avant d’être placées sur le pas de tir, a commencé à être démonté. Le démantèlement d’un banc d’essai pour les réacteurs des fusées, servant à tester les moteurs à combustible liquide, a également été entamé.

« Nous avons eu une rencontre fantastique avec le président Kim et tout semble aller très bien », a ajouté M. Trump, même si Etats-Unis viennent de réclamer à l’ONU une « pleine application des sanctions » contre la Corée du Nord, un rappel à l’ordre qui illustre leur difficulté à obtenir de réelles avancées sur la dénucléarisation.

Sohae, sur la côte nord-ouest de la Corée du Nord, sert officiellement à placer des satellites en orbite. Les réacteurs peuvent cependant aisément être adaptés aux missiles balistiques et la communauté internationale accuse la Corée du Nord de dissimuler un programme d’armements derrière son programme spatial

Interrogé à Palo Alto, en Californie, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a jugé les images satellites de Sohae « totalement cohérentes » avec les engagements pris par Kim Jong Un en juin.

« Nous avons demandé à ce qu’il y ait des inspecteurs sur le terrain quand ce banc d’essai pour les réacteurs sera démantelé, conformément aux engagements » du leader nord-coréen, a indiqué M. Pompeo lors d’une conférence de presse.

– Dépouilles rapatriées « très bientôt » –

La Corée du Nord « doit se dénucléariser complètement, c’est ce à quoi le président Kim s’est engagé et ce que le monde exige », a-t-il ajouté, alors que l’administration Trump est critiquée pour n’avoir pas obtenu l’inscription noir sur blanc dans la déclaration finale de Singapour une dénucléarisation « définitive et entièrement vérifiée », l’objectif-clé du sommet Trump-Kim.

Sur le dossier, qui s’avère plus compliqué que prévu, du rapatriement des dépouilles de soldats américains morts pendant la guerre de Corée (1950-53), le président américain s’est encore une fois montré optimiste.

« Nous allons ramener les restes de vos frères d’armes qui ont sacrifié leur vie en Corée », a déclaré M. Trump, qui s’exprimait devant une association d’anciens combattants à Kansas City, dans le Missouri. « Je pense que ce processus va commencer très bientôt ».

Le rapatriement des premières dépouilles de soldats américains a été annoncé comme imminent à plusieurs reprises depuis mi-juin, mais n’a toujours pas eu lieu.

Selon le Pentagone, la Corée du Nord a fait savoir qu’elle possédait encore 200 lots de restes humains découverts au fil des années. Un premier accord entre Washington et Pyongyang avait permis le rapatriement de 229 lots de dépouilles entre 1990 et 2005. Mais cet accord a été suspendu lorsque les relations entre les deux pays se sont détériorées.

Plus de 35.000 Américains ont été tués sur la péninsule coréenne pendant la guerre, qui s’est achevée sur un armistice et non un traité de paix. Parmi eux, 7.700 sont encore considérés comme portés disparus, dont 5.300 en Corée du Nord, précise le Pentagone.

Les commentaires sont fermés.