Le commandant entrant du 3e R22eR convaincu que son unité aura sa part des déploiements (PHOTOS/VIDÉO)

0

Sous la présidence du colonel Stéphane Boivin et en la présence du lieutenant-gouverneur du Québec et du Colonel du Royal 22e Régiment, avait lieu vendredi 13 juillet dans le décor historique de la Citadelle de Québec la cérémonie de passation de commandement du 3e Bataillon du R22eR entre le lieutenant-colonel Frédéric Pruneau et le lieutenant-colonel Frédérick Côté.

Cette prise de commandement était un retour aux sources pour le lieutenant-colonel Côté qui, à sa sortie du Collège militaire du Canada en 2001, avait joint le 3e Bataillon au sein duquel il a servi comme commandant de peloton d’infanterie avec la compagnie parachutiste, puis au peloton de reconnaissance. C’est avec cette unité que celui qui prenait vendredi le commandement du Bataillon s’était ensuite déployé dans le cadre de la Rotation 9 de l’Opération Palladium en ex-Yougoslavie et dans le cadre de l’Opération Athéna en Afghanistan.

Pour sa part son prédécesseur, le lieutenant-colonel Pruneau, après avoir servi au 2e Bataillon du R22eR, avait entre autres commandé la compagnie de parachutiste du 3e Bataillon.

Ainsi, il n’était pas surprenant que la fin de la cérémonie ait été couronnée par le saut en chute libre sur le terrain de parade à partir d’un hélicoptère Griffon de quatre parachutistes militaires du 3e Bataillon, Royal 22e Régiment.

Le 3e Bataillon, Royal 22e Régiment (3 R22eR), est un bataillon d’infanterie légère qui génère des forces capables d’opérer en milieu complexe afin d’accomplir les différents mandats qui lui sont confiés. Sur le plan opérationnel et stratégique, les membres du 3 R22eR sont en mesure de se déployer rapidement grâce à leur haut niveau d’entraînement.

Responsable de maintenir des capacités aéroportées, l’unité développe également des compétences amphibies canadiennes et demeure capable d’utiliser toute plateforme mise à sa disposition pour s’insérer dans sa zone d’opérations. Le 3e Bataillon est une unité combative et cohésive qui peut opérer le long d’un littoral, en zone urbaine, en région montagneuse, au milieu de la jungle ou en conditions arctiques.

Pour le commandant sortant, rencontrée après la cérémonie, la caractéristique majeure du 3e Bataillon est le dynamisme de l’unité qui est très prête à être déployée rapidement. «L’infanterie légère, ce sont des gens qui sont extrêmement compétents, mentalement, et résilients, facile à déployer partout dans le monde en étant de configuration légère», de poursuive le lieutenant-colonel Pruneau en interview pour 45eNord.ca.

Parmi les réalisations récentes dont il se montre fier, étonnamment, puisque les militaires n’y étaient que la «troisième force» après la Sûreté et la Gendarmerie, le lieutenant-colonel cite l’opération Cadence pendant le dernier sommet du G7 à Charlevoix.

«Le fait qu’on ait réussi à entrer 345 militaires à l’intérieur d’une zone d’opération sans qu’aucun journaliste n’en parle, cela démontre beaucoup la force de caractère et la capacité des gens du 3e Bataillon.», dit le commandant sortant à propos de l’opération Cadence qui fut pour lui «un des beaux moments», à la tête de l’unité.

Mais le grand nombre de missions à venir qui vont demander «énormément de leadership», mais peu de troupes va sans doute représenter un défi pour son successeur alors que les soldats ne demandent qu’à être entraînés pour pouvoir éventuellement se déployer.

Et ce défi, c’est le lieutenant-colonel Côté qui devra maintenant le relever. Pour le commandant entrant, qui a fait ses premiers pas dans la vie militaire au 3e Bataillon et revoit à Québec des gens avec qui il a évolué dans le passé et pour qui cette unité a été sa deuxième famille,la tâche n’est certainement pas impossible.

«En fait», explique-t-il, «ce sont les gens avec qui on travaille qui font la différence, et j’ai eu la chance cette semaine de constater que plusieurs des personnes importantes que j’ai côtoyer sont ici au 3e Bataillon, donc, je suis choyé», de conclure le lieutenant-colonel Côté, se disant également convaincu que le 3e Bataillon aura sa part des déploiements à venir.

D’ailleurs, d’ici la fin de l’été, une trentaine de membres du 3e Bataillon, dont certains sont déjà arrivés, assureront la protection de la force canadienne au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.