Syrie: des bus s’apprêtent à évacuer des rebelles de Qouneitra

0
Des soldats du régime syrien brandissent le drapeau nation après avoir repris la ville de Qouneitra aux rebelles, le 19 juillet 2018. (AFP/Youssef KARWASHAN)

Des bus sont arrivés dans un secteur du sud-ouest syrien bordant la partie du Golan annexé par Israël en vue d’évacuer vers le nord du pays des insurgés et des civils de la province, a rapporté vendredi une ONG.

Cette opération est intervenue au lendemain de l’annonce d’une reddition des rebelles de la province syrienne de Qouneitra en vertu d’un accord conclu avec la Russie, alliée de Damas.

« Les bus sont arrivés jeudi soir dans la partie de Qouneitra contrôlée par le régime et doivent se rendre dans les secteurs rebelles dans la perspective d’une évacuation », a dit à l’AFP, Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Il n’est pas encore clair combien d’insurgés et de civils seront évacués. Cette opération est prévue vendredi midi, selon une source au sein de la rébellion.

Les insurgés contrôlent depuis 2012 la majorité de la province de Qouneitra (sud-ouest) ainsi que la zone tampon séparant ce territoire du Golan occupé.

Selon l’OSDH, l’accord prévoit un cessez-le-feu, l’abandon (par les rebelles) de l’artillerie moyenne et lourde et le retour des institutions gouvernementales.

Les forces de police se chargeront du contrôle du territoire situé dans la zone tampon et les insurgés refusant l’accord –dont les membres du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, ancienne branche d’Al-Qaïda en Syrie– pourront se rendre en territoire rebelle dans le nord de la Syrie, d’après cette ONG.

Dans le nord syrien, un autre accord cette semaine a conduit à l’évacuation, jeudi, de milliers d’habitants de deux localités prorégime assiégées par les insurgés.

Ces deux accords, négociés par Moscou, grand allié du régime, sont perçus comme une nouvelle victoire pour Bachar al-Assad dans la guerre qui ravage le pays depuis plus de sept ans.

Recourant à leur puissance de feu et à des accords de reddition, les forces progouvernementales ont capturé ce mois-ci plus de 90% de Deraa.

C’est dans cette province méridionale que les premières manifestations contre le régime avaient éclaté en 2011, date du début d’une guerre qui a depuis fait plus de 350.000 morts et des millions de déplacés.

Après Deraa, l’aviation du régime a ensuite lourdement bombardé la province voisine de Qouneitra. Sous pression, les rebelles ont accepté de céder Qouneitra et la zone tampon aux forces du régime.

Les commentaires sont fermés.