«Attentat» contre Maduro: la justice poursuivra ceux qui «conspirent contre la paix»

0
Les membres de la milice bolivarienne du Venezuela et des militants pro-gouvernement manifestent leur soutien au président Nicolas Maduro lors d’un rassemblement devant le palais présidentiel, le 6 août 2018 à Caracas. (AFP/Federico PARRA)

La justice vénézuélienne a promis de poursuivre tous ceux qui « conspirent contre la paix » après l' »attentat » dont le président Nicolas Maduro dit avoir été la cible.

Alors que les autorités annoncent une riposte énergique, une marée de partisans du pouvoir, portant des portraits de M. Maduro, ont défilé lundi jusqu’au palais présidentiel de Miraflores à Caracas.

Plusieurs centaines de chavistes ont attendu pendant des heures une apparition de M. Maduro, annoncée par le ministère de la Communication, mais le président n’est pas venu. Le ministère n’a pas donné d’explication à son absence.

« Nous sommes venus soutenir le président après l’attaque terroriste dont il a été la cible », a déclaré à l’AFP Francisca Harvey, 53 ans, alors qu’elle se dirigeait vers l’estrade où l’on pouvait lire sur un écran géant « Maduro pour longtemps ».

« J’espérais le voir aujourd’hui, mais on imagine qu’il n’est pas sorti pour des raisons de sécurité », déclarait Margot Sivira, 36 ans, qui s’est présentée comme « une combattante sociale ».

Une autre manifestante, Linda Estrada, 48 ans, a elle aussi justifié l’absence de M. Maduro. « Le président ne peut pas venir ici, on ne va pas leur donner le plaisir de pouvoir le tuer », a-t-elle dit.

Depuis l’estrade, le numéro deux du camp présidentiel, Diosdado Cabello, a mis en garde contre les conséquences d’un éventuel assassinat du président. « Ne pensez pas, messieurs de la bourgeoisie, des partis d’opposition, que vous pourriez gouverner un seul instant. Le Venezuela serait à feu et à sang! », a-t-il lancé.

Selon les autorités vénézuéliennes, deux drones chargés d’explosif ont détoné près de la tribune présidentielle lors d’une cérémonie militaire à Caracas.

Rapidité de la réponse des forces de l’ordre, contradictions dans les déclarations des autorités, éventuelles manipulations: l’affaire soulève de nombreuses questions. M. Maduro affirme régulièrement être la cible de complots en tous genres que ses services de sécurité parviendraient à déjouer.

– « Connexions internationales » –

Lors d’une conférence de presse lundi, le procureur général du Venezuela Tarek William Saab a mis en garde contre toute nouvelle tentative de viser les autorités.

La justice « poursuivra dans le cadre de la loi ceux qui conspirent contre la paix civile », a averti le magistrat. « Que ces faits servent, une fois pour toutes, à mettre un terme à toute tentative de porter atteinte à la paix de façon violente ».

M. Saab a confirmé que deux hommes avaient été arrêtés « en flagrant délit » alors qu’ils pilotaient un des drones depuis un véhicule à proximité de l’événement. Cet engin a explosé après avoir heurté un immeuble, selon les autorités.

Contrairement à ce qu’il avait annoncé dimanche, le procureur général n’a pas révélé les identités des personnes interpellées.

Pour l’heure, six personnes ont été arrêtées dans cette affaire, d’après le ministre de l’Intérieur Nestor Reverol.

« On sait d’où ont été pilotés les drones, des preuves y ont été recueillies (…) Tous les auteurs des faits ont été identifiés ainsi que leurs complices », a affirmé le magistrat.

M. Saab a également assuré que les personnes « qui ont fabriqué les engins » explosifs ont été identifiées et que « les premières connexions internationales ont été établies ».

Véritable tentative d’assassinat? Opération destinée à montrer la vulnérabilité de Nicolas Maduro? Montage du camp au pouvoir? Les interrogations se multiplient après l' »attentat » commis avec des drones chargés d’explosif dont le président vénézuélien dit avoir été la cible.

– Surprise ou pas? –

Le gouvernement socialiste vénézuélien, soutenu par le parquet général, assure que l’incident de samedi, durant lequel deux drones, chargés chacun d’un kilo de C4, un puissant explosif militaire, auraient explosé à proximité de la tribune présidentielle lors d’une cérémonie militaire, était un « attentat » ciblant le chef de l’Etat.

Certains analystes estiment que ces événements ont pris de court Nicolas Maduro et les militaires qui défilaient.

Sur les images de la télévision publique VTV, on peut voir comment, après une des explosions, des centaines de soldats parfaitement alignés au garde à vous rompent subitement les rangs et partent en courant dans la plus grande confusion.

« Le gouvernement pourrait avoir simulé un attentat pour justifier la répression, mais les militaires ont été vus en train de courir. Ce ne serait pas l’effet recherché », explique à l’AFP Carlos Delgado, directeur du centre de recherche sur la communication à l’université catholique Andrés Bello.

– Opportunisme du gouvernement? –

D’autres analystes jugent au contraire qu’il n’y a pas eu d' »attentat », mais une réaction du gouvernement face à une situation de crise.

Fernando Ochoa Antich, ex-ministre de la Défense, assure avoir reçu des informations selon lesquelles il y aurait eu une explosion dans un appartement à proximité du défilé militaire, prenant par surprise le président et les siens.

« Tandis que cette explosion avait lieu, il y avait un drone de VTV qui filmait l’événement. Ce dernier a été visé par des tirs après la déflagration. Le bruit a alerté les francs-tireurs », a déclaré M. Ochoa à l’AFP.

Jorge Septien, expert en sécurité internationale et terrorisme, a déclaré lundi à CNN en espagnol qu’il était « prévisible » que la sécurité de M. Maduro fasse exploser le drone « avant qu’il ne parvienne à sa destination ».

« Les caméras ont filmé les militaires en train de courir et les gardes du corps en train de protéger Maduro (avec des boucliers pare-balles). Pour le gouvernement, cette image est terrible et il doit utiliser la thèse de l’attentat », fait valoir M. Ochoa.

« J’ai pu observer comment le drone qui filmait la cérémonie a explosé », a déclaré samedi soir le procureur général Tarek William Saab sur CNN en espagnol, contredisant le ministre de l’Intérieur Nestor Reverol, qui a affirmé que les deux engins étaient pilotés par des « terroristes ».

– Le gouvernement vulnérable? –

Autre hypothèse: cette attaque supposée cherchait à montrer la vulnérabilité du président et des militaires qui l’entouraient.

« On dirait que cette action a été conçue non pas pour tuer, mais pour galvaniser la +rébellion+ (…) Si c’est le cas, elle a réussi à montrer la vulnérabilité du gouvernement », a déclaré à l’AFP une source politique sous couvert d’anonymat.

Un mystérieux groupe rebelle, baptisé « Mouvement national des soldats en chemise », jusque là inconnu, a revendiqué l’action dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

– Un montage du pouvoir? –

D’autres enfin voient plutôt dans l’incident de samedi un « montage » du pouvoir pour détourner l’attention de la crise que traverse le pays.

« Il n’y a pas eu d’attentat. La situation économique est en train d’échapper au gouvernement, ils ont recours à cette histoire pour détourner l’attention », croit savoir l’ancien sénateur et militaire à la retraite Carlos Guyon, qui souligne la ressemblance avec Cuba, où Fidel Castro « dénonçait en permanence des attentats ».

M. Guyon assure que si un kilo d’explosif C4 avait explosé près de la tribune présidentielle « il y aurait eu de nombreux morts ».

« Si le gouvernement pensait jouer les martyrs, le résultat est très mauvais: ce qu’on voit c’est un groupe très craintif », a estimé M. Septien.

– Complots –

Peu après les faits, M. Maduro a mis en cause son homologue colombien Juan Manuel Santos, qui cède mardi le pouvoir à son successeur Ivan Duque. Evoquant des « financiers » non identifiés qui résideraient aux Etats-Unis, il a également mis en cause « l’ultra-droite », se référant ainsi à l’opposition vénézuélienne.

Il a réitéré ses accusations contre M. Santos dans une vidéo postée sur Twitter dans la nuit de lundi à mardi.

Les forces de sécurité « ont capturé tous les auteurs matériels et nous allons poursuivre les auteurs intellectuels. C’est clair et il y a suffisamment de preuves de l’implication du gouvernement colombien sortant de Juan Manuel Santos », a déclaré M. Maduro. « Je vais le démontrer avec des preuves et des témoignages », a-t-il assuré.

A Bogota, le gouvernement a qualifié d' »absurde » la version de Caracas, que le président Santos lui-même a jugée « insolite ».

Les Etats-Unis ont eux aussi nié toute implication.

Un mystérieux groupe rebelle, baptisé « Mouvement national des soldats en chemise » a revendiqué l’action sur les réseaux sociaux.

L’opposition a exprimé son inquiétude devant la fermeté des avertissements des autorités, craignant une nouvelle vague de répression. Selon les adversaires de M. Maduro, le pays compte 248 « prisonniers politiques ».

L’événement continue à susciter des réactions internationales. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres « est préoccupé », a indiqué lundi un porte-parole. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé son soutien à M. Maduro lors d’un entretien téléphonique.

L’incident est survenu dans un contexte social et politique tendu. Tous les voyants économiques au Venezuela sont au rouge vif. L’inflation pourrait atteindre 1.000.000% fin 2018, selon le Fonds monétaire international (FMI), et le PIB devrait s’effondrer de 18%.

Les commentaires sont fermés.