Des avions américains en Equateur pour des missions de renseignement

0
Le ministre équatorien de la Défense, Oswaldo Jarrín. (Ministère équatorien de la Défense)

Un avion militaire des Etats-Unis se rendra pendant quelques jours en Equateur pour des activités de renseignement, réactivant la coopération entre les deux pays en matière de sécurité, a annoncé jeudi le ministre équatorien de la Défense.

« Un avion va venir pour nous permettre d’obtenir des renseignements et retournera (aux Etats-Unis, ndlr) », a signalé le ministre, Oswaldo Jarrin.

L’appareil de l’armée américaine restera dans le pays sud-américain au « maximum 3 ou 4 jours », a-t-il indiqué, sans préciser quel type d’informations l’avion collectera.

Les données ainsi récupérées seront transmises aux ministères équatoriens de la Défense et de l’Intérieur. Les fréquences des vols n’ont pas été spécifiées.

M. Jarrin a affirmé que l’Equateur recevra des Etats-Unis une « coopération temporaire (…) sans qu’il y ait une base (militaire) dans le pays », ce qui est interdit dans la Constitution adoptée par le gouvernement de l’ancien président Rafael Correa.

En 2007, M. Correa (2007-2017) avait refusé de renouveler un accord qui a permis, pendant 10 ans, à Washington d’utiliser une base de l’armée de l’air équatorienne, dans le port de Manta (ouest), pour la lutte contre le narcotrafic.

Pendants les mandats de Rafael Correa, qui a notamment expulsé une ambassadrice américaine, les relations entre les deux pays ont été tendues, mais les deux pays veulent maintenant tourner la page de 10 ans de relations difficiles.

En juin, le vice-président américain Mike Pence a d’ailleurs rencontré le président Lenin Moreno à Quito.

M. Jarrin a également déclaré que, par l’intermédiaire de l’ambassade des États-Unis à Quito, un accord a été signé pour l’installation d’un « bureau de liaison » chargé des questions de sécurité et de défense.

« Ce bureau de coopération en matière de sécurité sera mis en place dans quelques jours et l’objectif est d’obtenir le soutien d’autres pays » pour « améliorer la sécurité, notamment en termes de collecte de renseignements, ce qui est essentiel pour les opérations militaires ».

Les commentaires sont fermés.