Le Canada «inquiet» après l’annonce de l’expulsion de son ambassadeur à Ryad

0
Le prince héritier Mohamed ben Salmane salue des femmes avant une rencontre avec le prince d’Abou Dhabi, le 6 juin 2018 à Jeddah sur les rives de la mer Rouge. (Saudi Royal Palace/AFP / BANDAR AL-JALOUD)

Remis à jour 06/08/2018, 16h45

Le Canada s’est dit «sérieusement inquiet» de l’expulsion de son ambassadeur à Riyad, annoncée lundi par l’Arabie saoudite en réplique aux critiques d’Ottawa sur la répression des opposants au régime.

«Nous sommes sérieusement inquiets de ces informations de presse et nous cherchons à en savoir plus sur la récente déclaration du royaume d’Arabie saoudite», a affirmé Marie-Pier Baril, porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, dans un communiqué.

«Le Canada défendra toujours la protection des droits humains, notamment des droits des femmes et de la liberté d’expression partout dans le monde», a-t-elle ajouté. «Notre gouvernement n’hésitera jamais à promouvoir ces valeurs et nous croyons que ce dialogue est crucial pour la diplomatie internationale».

« Que les choses soient bien claires pour tout le monde ici et pour les Canadiens qui nous suivent ou nous écoutent: le Canada défendra toujours les droits humains au Canada et dans le reste du monde », a renchéri Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères, à l’ouverture d’une conférence sur l’égalité des sexes à Vancouver, en référence explicite à la crise avec Ryad.

« Les droits des femmes sont des droits humains », a insisté Mme Freeland, qui avait déjà critiqué la semaine dernière l’arrestation de Samar Badaoui et de sa collègue Nassima al-Sadah, des militantes des droits des femmes en Arabie saoudite.

« L’engagement du Canada à mettre les droits humains au centre de notre politique étrangère a attiré l’attention ces derniers jours, je fais bien sûr référence à l’expulsion de l’ambassadeur du Canada en Arabie Saoudite », a-t-elle ajouté.

Cette brusque tension des relations entre les deux pays intervient après l’annonce par le ministère saoudien des Affaires étrangères, sur Twitter, de l’expulsion imminente de Dennis Horak, l’ambassadeur du Canada à Riyad, sommé de quitter le royaume dans les 24 heures.

L’Arabie saoudite a par ailleurs rappelé son ambassadeur au Canada «pour consultations» et décidé de «geler toutes nouvelles transactions concernant le commerce et les investissements» avec le Canada.

Le Royaume d’Arabie saoudite «n’acceptera d’aucun pays une ingérence dans ses affaires intérieures ou des diktats», a dit le ministère saoudien, reflétant la fermeté du prince héritier Mohammed ben Salmane en matière de politique étrangère.

L’Arabie a aussi suspendu ses programmes de bourses universitaires pour ses ressortissants au Canada et annoncé son intention de les transférer vers d’autres pays, y compris les Etats-Unis.

Et Saudia, la compagnie aérienne saoudienne, a déclaré dans un message publié sur son compte Twitter officiel qu’elle suspendait les vols au départ et à destination de Toronto, la dernière d’une série de mesures annoncées lundi par le royaume dans cette crise
diplomatique avec le Canada.

En outre, le royaume saoudien, qui avait menacé de rendre la monnaie de sa pièce à Ottawa qu’elle accusait d’ingérence en s’ingérant dans les affaires canadiennes, n’a pas tardé à passer à l’action.

Le reste du monde ne peut pas se voiler la face, rétorque Amnistie internationale

«Le reste du monde ne peut pas se voiler la face alors que la lutte acharnée contre les défenseurs des droits de l’homme se poursuit en Arabie saoudite», a de son côté réagi l’ONG Amnistie internationale dans un communiqué, appelant d’autres gouvernements à se joindre au Canada pour obtenir «la libération inconditionnelle et immédiate de tous les prisonniers de conscience».

L’ambassade canadienne s’était dite «gravement préoccupée» par une nouvelle vague d’arrestations de militants des droits de l’homme dans le royaume.

«Nous appelons les autorités saoudiennes à les libérer immédiatement ainsi que tous les autres activistes pacifiques des #droitsdel’homme», avait déclaré la mission vendredi dans un communiqué publié sur Twitter.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a exprimé sa réprobation concernant la formulation du communiqué de l’ambassade.

«Il est très regrettable que les mots « libération immédiate » figurent dans le communiqué canadien», a déclaré le ministère. «C’est inacceptable dans les relations entre deux pays».

Le 2 août, la cheffe de la diplomatie canadienne, Chrystia Freeland, s’était déjà dite «très alarmée d’apprendre l’emprisonnement de Samar Badawi», une militante de l’égalité entre hommes et femmes, arrêtée la semaine dernière avec sa collègue Nassima al-Sadah.

Samar Badaoui

Samar Badaoui a fait campagne pour la libération de son frère, Raef al-Badaoui, un blogueur dissident, et de Walid Abou al-Khair, son ex-mari.

Citoyen saoudien, Raef al-Badaoui est emprisonné depuis 2012 en raison de propos tenus sur son blog. Il a été condamné en novembre 2014 à dix ans de prison et à 1.000 coups de fouet pour « insulte à l’islam ».

L’épouse de Raef al-Badaoui, Ensaf Haidar, est installée au Québec depuis l’automne 2013 avec ses trois enfants.

Les arrestations de Samar Badaoui et de sa collègue sont intervenues quelques semaines après celles d’une dizaine de militantes des droits des femmes, accusées de porter atteinte à la sécurité nationale et de collaborer avec les ennemis de l’Etat.

Certaines ont été relâchées depuis.

« Le reste du monde ne peut pas se voiler la face alors que la lutte acharnée contre les défenseurs des droits de l’homme se poursuit en Arabie saoudite », a déclaré l’ONG Amnesty International, appelant d’autres gouvernements à se joindre au Canada pour obtenir « la libération inconditionnelle et immédiate de tous les prisonniers de conscience ».

Le jeune prince héritier saoudien a récemment introduit une série de réformes, comme l’autorisation de conduire pour les femmes, visant à redorer l’image souvent austère du royaume au moment où ce dernier prépare sa reconversion après des décennies de « tout-pétrole ».

Parallèlement, le dirigeant de 32 ans mène une politique étrangère agressive, par exemple en appelant au blocage de son voisin du Qatar ou en participant aux bombardements contre les rebelles Houthis soutenus au Yémen par son ennemi et rival l’Iran. Tout en verrouillant toute forme d’opposition dans son propre royaume afin d’asseoir son pouvoir.

Les échanges commerciaux entre les deux pays, à l’avantage de l’Arabie saoudite, se sont élevés à un peu plus de 4 milliards de dollars canadiens (2,7 milliards d’euros) en 2017, selon l’institut officiel Statistique Canada.

« C’est assez marginal », dit à l’AFP Thomas Juneau, expert sur le Moyen-Orient à l’université d’Ottawa et ancien analyste sur la région pour le ministère canadien de la Défense.

Le Canada pourrait cependant subir « un impact économique non négligeable », selon M. Juneau, si l’Arabie saoudite décidait d’annuler un contrat d’achat de véhicules blindés légers d’un montant de 15 milliards de dollars, conclu en 2014. « Je ne serais pas étonné que l’entente soit éventuellement annulée ».

Les commentaires sont fermés.