L’ex-directeur de la CIA soutient que Trump a collaboré avec la Russie

0
L’ex-directeur de la CIA, John Brennan (Council on Foreign Relations)

L’ancien directeur de la CIA John Brennan a affirmé que le président américain Donald Trump lui avait retiré son habilitation secret défense pour faire peur à ses détracteurs et étouffer une enquête sur ses liens avec la Russie.

Dans une tribune au vitriol publiée jeudi dans le New York Times, M. Brennan a déclaré que cette décision, annoncée la veille par la Maison Blanche, était politique.

« Clairement, M. Trump veut à tout prix se protéger et protéger les personnes proches de lui », a dit M. Brennan, y voyant « une tentative de faire taire, en leur faisant peur, d’autres qui oseraient le défier ».

L’ancien haut responsable, qui fut jusqu’en janvier 2017 le gardien des secrets des Etats-Unis, a balayé les assurances de M. Trump selon lesquelles son équipe de campagne n’a pas oeuvré avec la Russie à remporter l’élection présidentielle de 2016.

« Que M. Trump prétende qu’il n’y a pas eu collusion, c’est, pour faire court, n’importe quoi », a-t-il dit.

« Les seules questions qui demeurent sont celles de savoir si la collusion qui a eu lieu est un complot susceptible de constituer un crime, s’il y a eu entrave à la justice pour couvrir une collusion ou un complot, et combien de membres de la +SARL Trump+ ont tenté d’escroquer le gouvernement en faisant du blanchiment d’argent et en cachant les mouvements financiers allant dans leurs poches », a-t-il ajouté.

Les mots de M. Brennan sont d’une virulence sans précédent, même si de nombreux responsables dont lui ont critiqué le président depuis son accession au pouvoir.

Un procureur spécial, Robert Mueller, enquête sur l’ingérence russe dans la présidentielle de 2016 et sur une possible collusion entre Moscou et l’équipe de campagne de Donald Trump.

« Aujourd’hui, plus que jamais, il est de la plus haute importance que le procureur Robert Mueller et son équipe d’enquêteurs puissent achever leur travail sans interférences –de la part de M. Trump ou de qui que ce soit d’autre– afin que les Américains obtiennent les réponses qu’ils méritent », a conclu John Brennan.

Dans un entretien au Wall Street Journal mercredi, M. Trump a reconnu que sa décision sur le retrait de l’habilitation secret défense de M. Brennan était liée à l’enquête russe.

« J’appelle ça la chasse aux sorcières truquée, c’est une farce », a dit le président, en référence à l’enquête. « Je pense donc que c’est quelque chose qu’il fallait faire », a-t-il ajouté.

Outré, un ex-amiral américain demande à perdre lui aussi son habilitation secret défense

Par ailleurs, l’amiral à la retraite William McRaven, qui avait notamment supervisé le raid contre Oussama Ben Laden, a condamné jeudi la décision de Donald Trump de révoquer l’habilitation secret défense de l’ancien chef de la CIA John Brennan, et demandé à la perdre lui aussi.

Dans une lettre ouverte publiée par le Washington Post, l’ancien patron des forces spéciales américaines a pris la défense de John Brennan, « l’un des meilleurs serviteurs de l’Etat que j’aie jamais rencontrés ».

« Il y a peu d’Américains qui ont fait plus que John pour protéger ce pays », ajoute M. McRaven. « C’est un homme d’une intégrité hors pair, dont l’honnêteté et la moralité n’ont jamais été remises en question, à part par ceux qui ne le connaissent pas ».

« Par conséquent, je considérerais comme un honneur que vous révoquiez aussi ma propre habilitation secret défense, de façon à ce que je puisse ajouter mon nom à la liste des hommes et des femmes qui ont critiqué votre présidence », conclut l’ex-amiral McRaven, qui a dirigé jusqu’en 2014 le commandement des Forces spéciales (Socom).

« Comme la plupart des Américains, j’espérais quand vous avez accédé à la présidence que vous vous montreriez à la hauteur de la situation et que vous deviendriez le dirigeant dont notre beau pays a besoin », poursuit-il. Mais « par votre comportement, vous nous avez embarrassés aux yeux de nos enfants, humiliés sur la scène internationale et, pire que tout, vous avez divisé notre nation ».

M. Trump a révoqué mercredi l’habilitation secret défense de M. Brennan, un ancien proche conseiller du président démocrate Barack Obama très critique envers le président républicain. Cette habilitation donne aux hauts responsables qui en bénéficient accès à des informations sensibles et confidentielles, même après avoir quitté leurs fonctions.

La Maison Blanche a précisé que le président envisageait de retirer leur habilitation à d’autres anciens hauts fonctionnaires de l’ère Obama, dont l’ex-chef de la police fédérale (FBI) James Comey, devenu sa bête noire, mais aussi James Clapper, directeur du renseignement jusqu’à début 2017, Michael Hayden, ex-patron de l’Agence nationale de sécurité (NSA) puis de la CIA, Susan Rice, qui était conseillère de Barack Obama pour la sécurité nationale, et Andrew McCabe, ancien adjoint puis directeur par intérim du FBI jusqu’en août 2017.

Tous ont ouvertement critiqué le président républicain depuis sa prise de fonctions en janvier 2017.

Les commentaires sont fermés.