Syrie: création d’un comité gouvernemental pour le retour des réfugiés

0
Des déplacés syriens dans un camp de réfugiés à Manjib, au nord de la Syrie, le 8 mars 2017. (AFP/Archives/DELIL SOULEIMAN)

Les autorités syriennes ont approuvé la création d’un comité chargé d’organiser le retour au pays en guerre de millions de réfugiés, dans le sillage d’une initiative de l’allié russe.

Le mois dernier, la Russie, qui aide le régime syrien dans sa guerre contre les rebelles et les jihadistes, a appelé la communauté internationale à aider au retour en Syrie des réfugiés -environ 5,6 millions selon l’ONU-, malgré la persistance du conflit.

Dimanche, « le gouvernement de Bachar al-Assad a approuvé la création d’un comité de coordination » qui sera chargé, entre autres, « d’intensifier les contacts avec les pays amis dans le but de faciliter le retour » des réfugiés syriens, selon l’agence officielle Sana.

Les présidents russe Vladimir Poutine et américain Donald Trump avaient récemment évoqué ce sujet lors de leur sommet à Helsinki, mais l’ONU a indiqué ne pas être impliquée dans ces discussions.

Le comité syrien, présidé par le ministre de l’Administration locale et de l’Environnement, Hussein Makhlouf, sera formé de représentants de plusieurs ministères et d’autres organes étatiques, selon Sana.

Déclenchée en 2011 par la répression de manifestations pacifiques en faveur de réformes démocratiques, la guerre en Syrie a fait plus de 350.000 morts et déplacé plus de la moitié de la population.

La Turquie accueille le plus grand nombre de Syriens enregistrés par le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), soit plus de 3,3 millions. Viennent ensuite le Liban (moins d’un million) et la Jordanie (650.000).

Selon le HCR, seuls 13.000 réfugiés sont retournés en Syrie durant les six premiers mois de 2018.

Le Liban a annoncé lundi la création de 17 centres chargés d’enregistrer les demandes de Syriens souhaitant rentrer « volontairement » chez eux. Selon un communiqué de la direction libanaise de la Sûreté générale, leurs démarches de régularisation seront désormais facilitées, de nombreux réfugiés se trouvant de manière illégale sur le territoire libanais.

Les Nations unies et des ONG de défense des droits de l’Homme ont mis en garde à plusieurs reprises contre des retours forcés des réfugiés vers un pays dévasté par une guerre destructrice et meurtrière.

Le régime syrien, grâce à l’appui militaire russe, a enchaîné les victoires depuis le début de l’année, chassant rebelles et jihadistes de l’ensemble de la capitale et de ses environs ainsi que de la majeure partie du sud du pays.

Les commentaires sont fermés.