Une Yazidie, ex-esclave de l’EI, affirme avoir rencontré son bourreau en Allemagne

0
La fille yazidie Ashwaq Haji, qui affirme avoir été réduite à l’état d’esclave sexuelle par un jihadiste du groupe Etat islamique, arbore des portraits de victimes de son village de Kocho en Irak près de Sinjar, le 15 août 2018. (AFP)

Une jeune yazidie, Ashwaq Haji, affirme avoir rencontré en février son bourreau dans un supermarché allemand. Traumatisée, cette Irakienne est retournée dans son pays qu’elle avait pourtant fui après s’être échappée de la maison du jihadiste qui l’avait réduite à l’état d’esclave sexuelle.

Des milliers de femmes de la minorité yazidie d’Irak ont été enlevées, tuées ou utilisées comme esclaves sexuelles par le groupe Etat islamique (EI) quand il s’est emparé d’un tiers du pays à l’été 2014, notamment du foyer historique des Yazidis sur les monts Sinjar (nord-ouest).

Enlevée le 3 août 2014, Ashwaq Haji est parvenue le 22 octobre de la même année à s’enfuir de la maison d’un jihadiste irakien qui se faisait appeler Abou Houmam.

Cet homme l’avait achetée « pour cent dollars », raconte-t-elle à l’AFP, lors d’une visite au sanctuaire yazidi de Lalich, à une soixantaine de km de la ville de Mossoul, dans le nord de l’Irak.

Autour d’elle, ils sont des centaines à commémorer l’un des nombreux massacres subis par cette minorité kurdophone adepte d’une religion ésotérique monothéiste, particulièrement persécutée par l’EI.

– « Je sais que tu es Ashwaq » –

La mère et le petit frère d’Ashwaq ont eux aussi été captifs un temps. Mais en 2015, tous les trois se sont installés à Schwäbisch Gmünd, une bourgade à 50 km de Stuttgart, dans le cadre d’un programme du gouvernement allemand pour les réfugiés irakiens. Le père, Haji Hamid, 53 ans, est resté en Irak.

A Schwäbisch Gmünd, Ashwaq raconte qu’elle suivait des cours d’allemand et voulait trouver un travail.

Mais le 21 février 2018, elle dit avoir aperçu dans un supermarché un homme descendre d’une voiture et l’appeler par son nom avant de s’adresser à elle en allemand.

« Il m’a dit qu’il était Abou Houmam, je lui ai dit que je ne le connaissais pas et il s’est mis à me parler en arabe », affirme à l’AFP la jeune fille vêtue de noir, en signe de deuil pour ses cinq frères et sa soeur portés disparus depuis leur enlèvement par des jihadistes.

« Il m’a dit: ‘ne me mens pas, je sais très bien que tu es Ashwaq et que tu vis en Allemagne avec ta mère et ton frère’, il m’a même donné mon adresse et d’autres détails de notre vie » en Allemagne.

Aussitôt, la jeune fille a contacté la police locale.

« Ils m’ont dit que c’était un réfugié comme moi en Allemagne et m’ont donné un numéro à appeler si jamais il s’en prenait à moi », poursuit-elle.

La police judiciaire du Bade-Württemberg a indiqué récemment sur Twitter avoir « ouvert une enquête le 13 mars 2018 », ajoutant toutefois que l’enquête ne pouvait « se poursuivre pour le moment, la témoin (Ashwaq) n’étant pas joignable pour répondre aux questions ».

Le parquet fédéral s’est « penché sur la question », confirme à l’AFP un porte-parole. « Mais jusqu’ici, au regard des éléments de preuves disponibles, nous n’avons pas pu identifier avec la certitude nécessaire l’auteur présumé ».

Le parquet allemand a ouvert de nombreuses enquêtes pour terrorisme, crime contre l’humanité ou crime de guerre contre des réfugiés ou des demandeurs d’asile soupçonnés d’être impliqués dans des exactions commises par des groupes jihadistes en Irak, en Syrie ou en Afghanistan.

Les témoignages d’autres réfugiés sont régulièrement utilisés tout comme les publications sur les réseaux sociaux par les inculpés eux-mêmes.

– La peur, en Irak aussi –

Ashwaq affirme à l’AFP avoir visionné avec la police allemande les images de vidéosurveillance du supermarché où a eu lieu la rencontre, et dit être prête à communiquer ses coordonnées mais qu’elle ne se rendra plus en Allemagne.

De crainte de recroiser son bourreau, elle a quitté l’Allemagne fin mars avec sa mère et son frère pour le nord de l’Irak, où elle dit toujours vivre dans la peur car Abou Houmam a, raconte-t-elle, de la famille à Bagdad.

Depuis le camp de déplacés où il est installé dans le Kurdistan irakien, son père avoue avoir eu du mal à laisser son épouse et ses enfants revenir, après trois années de règne jihadiste, en Irak.

« Quand sa mère m’a dit qu’elle avait vu ce jihadiste (…) je leur ai dit de revenir, l’Allemagne n’étant visiblement plus un lieu sûr pour eux », affirme-t-il à l’AFP.

Mais la vie n’est toujours pas simple pour Ashwaq, comme pour les 3.315 Yazidis qui ont réussi à s’échapper de l’emprise des jihadistes. Autant d’autres sont toujours captifs ou portés disparus, selon les chiffres officiels.

« Toutes les survivantes ont des volcans en elles, prêts à exploser », prévient Sara Samouqi, une psychologue qui suit de nombreux Yazidis. « Ashwaq et sa famille vivent dans des conditions terribles ».

Les commentaires sont fermés.