Après les attaques de Trump, la défense collective pour l’Europe est devenue une urgence

0
Le général François Lecointre, chef d’état-major des armées françaises. (CEMA)

Il est « urgent » pour l’Europe de se doter d’une défense collective propre à assurer son autonomie stratégique, dans un contexte de « remise en cause du multilatéralisme » et de « fragilisation des alliances », a souligné lundi le chef d’état-major des armées françaises.

« Une chose est certaine: le futur de la défense des pays du continent ne saurait être envisagé hors du cadre européen », a affirmé le général François Lecointre lors des Universités d’été de la Défense (UED, 10-11 septembre) à Versailles-Satory, en banlieue parisienne.

« Dans un contexte de remise en cause du multilatéralisme, de fragilisation des alliances et de bascule vers un nouveau centre de gravité mondial situé entre Etats-Unis et Asie, le continent européen devra affronter à lui seul et – de plus en plus – par lui-même, tous les types de menaces : puissance, terrorisme, hybride, cyber, migrations », a-t-il développé.

« L’objectif est clair: parvenir à construire ensemble une autonomie stratégique européenne », a insisté le général Lecointre, en estimant qu' »il y a urgence ».

L’UE tente de s’adapter à la volonté affichée du président Donald Trump de réduire l’implication des Etats-Unis dans la défense de l’Europe.

Un Fonds européen de Défense doit être mis en place en 2019 pour développer les capacités militaires des Etats membres et promouvoir l’indépendance stratégique de l’UE.

Paris a également lancé avec huit pays, dont l’Allemagne, une initiative européenne d’intervention (IEI) destinée à intensifier les échanges entre leurs différents états-majors, pour être capable de mener rapidement une opération militaire, une évacuation de ressortissants ou d’apporter une assistance en cas de catastrophe.

Les commentaires sont fermés.