Exercice intégré d’intervention d’urgence mené avec succès à la BFC Suffield

0
Exercice intégré d’intervention d’urgence mené avec succès à la BFC Suffield le 5 septembre-2018. (Twitter)

Des scientifiques de la défense du Centre de recherche de Suffield de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) ont mené, le 5 septembre, à la base des Forces canadiennes (BFC) Suffield un exercice intégré de formation couronné de succès visant à mettre à l’essai et à jour les procédures d’intervention en cas d’urgence.

L’exercice intégré d’intervention d’urgence réunissait des scientifiques de RDDC Suffield, des spécialistes de la BFC Suffield, notamment des membres de la 1re Ambulance de campagne et du 1er Régiment de police militaire, des techniciens médicaux de l’Unité d’entraînement de l’Armée britannique Suffield (BATUS) et du personnel médical des Services de santé de l’Alberta, qui devaient intervenir à la suite d’une explosion simulée dans l’un des édifices de RDDC Suffield.

Dans le cadre du scénario de formation, des spécialistes des urgences militaires et civils se trouvant sur la base ont mis leurs compétences d’évaluation et d’intervention à l’épreuve pour gérer une urgence simulée. Des partenaires des Services de santé de l’Alberta ont procédé à l’évacuation des pseudo-victimes par voie terrestre et aérienne à l’aide d’un hélicoptère HALO [évacuation sanitaire]. Les participants à l’exercice ont aussi eu l’occasion de tester du matériel et des procédures militaires et civils pour le traitement des agents chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs (CBRNE) grâce à l’émission de faibles doses de rayonnement afin de simuler un scénario plus dangereux.

Cet effort de formation conjoint à un niveau avancé contribue à améliorer les capacités du MDN, des FAC et de leurs partenaires, tout en permettant de tester et de valider les procédures d’intervention en cas d’urgence. La mise à l’essai des procédures, des capacités et du matériel conjoints dans le cadre d’exercices comme celui-ci aide à atténuer les risques et à sauver des vies lors de réels incidents CBRN.

Citations

«Au Centre de recherche de Suffield de RDDC, nos recherches portent principalement sur les menaces posées par les agents chimiques, biologiques, radiologiques et explosifs, ainsi que par les plateformes autonomes. Bien que tous nos travaux soient menés conformément aux protocoles pertinents en matière de sécurité, nous sommes conscients que notre personnel doit bien comprendre son rôle de premier répondant en cas d’urgence. Cet exercice d’intervention d’urgence nous permet d’évaluer les technologies et les tactiques qui seraient utilisées dans le cadre d’un réel incident. Il est essentiel de s’assurer que tout le monde comprend son rôle et peut communiquer avec d’autres répondants en temps opportun afin d’atténuer les risques et de prévenir les blessures.», C. John Anderson, directeur par intérim du Centre de recherche de Suffield de RDDC.

Faits en bref

Le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes cherchent à offrir au personnel et aux militaires la formation la plus réaliste possible, car il s’agit d’un élément clé de la conduite d’opérations militaires réussies.

La formation fait partie intégrante des activités courantes des militaires pour maintenir les compétences nécessaires aux opérations et aux activités des Forces armées canadiennes.

Les scénarios de formation réalistes offrent des possibilités concrètes de perfectionnement et d’évaluation des membres des Forces armées canadiennes.

RDDC fournit au ministère de la Défense nationale, aux Forces armées canadiennes, à d’autres ministères ainsi qu’aux responsables de la sécurité publique et de la sécurité nationale le savoir-faire et les technologies requises pour défendre et protéger les intérêts du Canada, au pays comme à l’étranger.

Le Centre de recherche de Suffield de RDDC partage les mêmes locaux que la Base des Forces canadiennes Suffield, près de Ralston, en Alberta, à environ 50 kilomètres à l’ouest de Medicine Hat. La base a été établie en 1941 en tant que station d’expérimentation interarmées du Canada et du Royaume-Uni pour la recherche sur des agents chimiques et biologiques. Outre RDDC, la base abrite des membres des Forces armées canadiennes ainsi que de l’Unité d’entraînement de l’Armée britannique Suffield, aussi connue sous le nom de BATUS.

Les commentaires sont fermés.