Mali: au moins un militaire malien tué dans une embuscade

0
Opération Serval - le 26 janvier 2013 Les forces armées maliennes sont projetées depuis Sévaré vers Gao afin d’assurer la sécurité de l’aéroport. Elles seront rejointes par plusieurs contingents africains, des nigériens et des tchadiens. Crédit : EMA / ECPA-D
Les forces armées maliennes à Gao
(Photo: Archives / : EMA / ECPA-D)

Au moins un militaire malien a été tué dimanche et plusieurs personnes, dont des civils, blessées dans une embuscade tendue par des jihadistes présumés dans le nord du Mali, a-t-on appris de sources de sécurité.

Par ailleurs, un groupe armé principalement touareg combattant les jihadistes près de la frontière nigérienne dans le nord-est du pays, le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA, issu de l’ex-rébellion) a fait état dans un communiqué de « sept civils tués » dans une attaque samedi contre la localité d’Amalaoulaou. Cette information n’a pu être confirmée de source officielle dans l’immédiat.

« Une escorte de l’armée malienne qui a quitté dimanche Gossi pour Hombori est tombée dans une embuscade tendue par des hommes armés circulant à moto », a déclaré à l’AFP une source de sécurité malienne, précisant que le bilan s’établissait à au moins un militaire tué et plusieurs blessés, dont des civils.

L’embuscade et le bilan « provisoire » ont été confirmés par une autre source de sécurité malienne, selon laquelle elle a été « tendue par une vingtaine de personnes à moto », dont plusieurs étaient « enturbannées », d’après des témoins.

Selon un élu de la localité de Gossi, qui a mentionné un bilan de deux tués, un militaire et un civil, l’escorte sécurisait un bus de transport circulant du nord vers le sud du Mali lorsqu’elle a été attaquée.

Interrogée de son côté, une source militaire malienne s’est bornée à dire « qu’un communiqué sera rendu public dans la journée ».

Par ailleurs, dans un communiqué sur Facebook signé de son chef, le général El Hadj Ag Gamou, et daté du 27 septembre, le Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia, pro-Bamako) appelle l’ensemble des groupes armés, pro-gouvernementaux ou de l’ex-rébellion, à « une action commune de protection des populations et de leurs biens ».

Il s’inquiète de « la croissance inexorable du nombre des massacres de masse et des assassinats ciblés non justifiés et non revendiqués », face aux « insuffisances des forces publiques nationales et internationales ».

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit.

Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, régulièrement visées par des attaques, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, mais dont l’application accumule les retards.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

Les commentaires sont fermés.