Nouveau processus à Genève pour arrêter la «sale guerre» du Yémen

0
Des dizaines de personnes ont été tuées ou blessées jeudi 9 août 2018 dans une attaque de la coalition menée par l’Arabie saoudite contre un bus transportant des enfants dans le nord du Yémen. (Twitter/@Lies_Breaker)

L’ONU lance de nouveaux pourparlers jeudi à Genève pour mettre fin à la « sale guerre » du Yémen, un conflit oublié à l’origine de la pire crise humanitaire du monde mais dont le règlement semble lointain tant l’animosité entre les belligérants est forte.

Signe du fossé qui sépare le gouvernement yéménite, appuyé par l’Arabie saoudite, et les rebelles Houthis soutenus par l’Iran, aucun face-à-face direct n’est prévu, sauf surprise, lors de ces consultations organisées par le nouveau médiateur de l’ONU – depuis février -, le Britannique Martin Griffith.

Les deux parties se réunissent toutefois pour la première fois dans une même ville depuis l’échec en août 2016 d’un processus de paix qui avait duré 108 jours au Koweït.

Les Houthis, minorité originaire du nord du Yémen se plaignant d’être marginalisée, se sont emparés, à partir de 2014 de vastes territoires et contrôlent la capitale Sanaa. Si les forces progouvernementales ont reconquis des régions du sud en 2015, elles ont peu progressé depuis.

Selon l’ONU, trois Yéménites sur quatre ont besoin d’aide, notamment alimentaire et une troisième vague de choléra menace.

De récents raids aériens attribués à la coalition militaire conduite par les Saoudiens ont aussi illustré le lourd tribut payé par les civils dans ce conflit, avec au moins 66 enfants tués uniquement en août.

« Sale guerre », a admis un ministre émirati, dont le pays soutient des forces progouvernementales hétéroclites avec la coalition menée par Ryad. Il n’y a « pas de guerre sans dommages collatéraux », a reconnu un porte-parole militaire saoudien.

– « Crimes de guerre » –

Un groupe d’experts de l’ONU a conclu le 28 août que toutes les parties avaient potentiellement commis des « crimes de guerre ».

En dépit de l’intervention de la coalition arabe en 2015, les Houthis –des combattants aguerris– tiennent solidement leurs bastions du nord et de l’ouest du Yémen.

Ils tirent régulièrement des missiles vers l’Arabie saoudite qui accuse l’Iran, son grand rival régional, de leur fournir ces armes, ce que dément Téhéran.

Martin Griffiths a fixé la barre assez bas à Genève.

Ces « consultations » visent à confirmer un « cadre pour des négociations formelles », a indiqué l’ONU.

« Il ne doit pas y avoir trop d’attentes », a dit un diplomate américain, ajoutant que ce nouveau processus « conduira peut-être à quelque chose » si le médiateur favorise des « mesures de confiance”, comme des libérations de prisonniers, la reprise des vols vers Sanaa et une coopération technique pour la Banque centrale.

Le ministre yéménite des Affaires étrangères Khaled al-Yemani a confirmé cette approche à l’AFP, citant la question des prisonniers.

M. Griffiths est le troisième médiateur à se plonger dans le complexe dossier yéménite.

En juin, les Emirats ont supervisé une offensive de forces progouvernementales vers la ville portuaire stratégique de Hodeida (ouest), mais, pour leur image internationale, ils ont stoppé l’assaut terrestre face au risque de bain de sang.

Cependant, « nous maintenons notre pression sur Hodeida » car « c’est essentiel pour changer stratégiquement la situation » et « raccourcir la guerre », a déclaré le ministre d’Etat émirati aux Affaires étrangères, Anwar Gargash.

Lundi, une frappe aérienne attribuée à la coalition a tué 38 combattants Houthis, selon des sources médicales et de sécurité.

– Positions figées –

Jusqu’ici, les belligérants campent sur leurs positions.

La coalition et ses protégés yéménites insistent sur la résolution 2216 du Conseil de sécurité de l’ONU reconnaissant « la légitimité » du président Abd Rabbo Mansour Hadi et exigeant le retrait des Houthis des territoires qu’ils ont conquis et la restitution des armes lourdes.

Les Houthis demandent eux « l’arrêt de l’agression » saoudo-émiratie avant toute concession, comme celle évoquée durant l’été d’un éventuel transfert de l’autorité du port de Hodeida à l’ONU.

Les consultations à Genève « sont importantes parce qu’il n’y en a pas eu depuis deux ans et qu’elles se dérouleront sous l’égide d’un nouvel émissaire de l’ONU », note le chercheur yéménite Farea Al-Muslimi, tout en prédisant qu’elles n’iront « pas bien loin » car aucune grande puissance n’est prête à investir dans la paix au Yémen.

Des ONG s’insurgent contre l’inaction de Washington, Londres et Paris face à Ryad, allié stratégique à qui ils vendent des armes.

Sous la pression internationale après un raid aérien le 9 août contre un bus ayant fait 51 morts, dont 40 enfants, la coalition a diligenté une enquête interne, reconnaissant in fine « des erreurs » dans les règles d’engagement et promettant des sanctions contre les fautifs.

Londres s’est félicitée de ces « regrets », mais a demandé des éclaircissements sur deux autres opérations meurtrières en août. Washington n’a pas remis en cause sa coopération avec la coalition et Paris assure qu' »aucune arme vendue par la France n’est utilisée contre les » civils.

Depuis mars 2015, au moins 6.660 civils ont été tués et 10.563 blessés au Yémen, indique le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, ajoutant que « les chiffres réels sont certainement très supérieurs ».

Les commentaires sont fermés.