Ottawa procédera à des vérifications face au problème des travaux de la Citadelle de Québec

0
Le Bastion du Roy. (Archives/Olivier Lavigne-Ortiz)

Alors que la Défense nationale compte restaurer une section de la Citadelle de Québec avec une pierre venant des États-Unis, Ottawa dit finalement procéder à des «vérifications» après le tollé soulevé.
– – –
Mise à jour du 20 septembre, à 15h10

Dans un courriel envoyé à 45eNord.ca, le ministère de la Défense nationale indique avoir engagé un laboratoire tiers indépendant pour « effectuer des tests supplémentaires sur la pierre sélectionnée afin de confirmer qu’elle répond à ces normes. Ceci est une pratique courante d’assurance qualité pour les matériaux de construction. Ils superviseront également les travaux de restauration et les essais de pierres pendant la construction afin de s’assurer que toutes les spécifications soient respecter ».
– – –

Au début de l’année, le ministère de la Défense nationale a publié un appel d’offres afin de restaurer une section à l’est de la Citadelle de Québec, appelée Bastion du roi. Le contrat est estimé à près de 16,5 millions $.

Or, bien que la carrière utilisée à l’origine pour la construction de la Citadelle existe toujours, c’est le plus bas soumissionnaire provenant des États-Unis qui a remporté l’appel d’offres… avec une pierre différente !

Celle utilisée pour la Citadelle ainsi que pour les fortifications du Vieux-Québec est appelé Grès vert de Sillery. Mais celle promise par le soumissionnaire américain est la pierre bleue de Pennsylvanie (Pennsylvania Bluestone).

L’appel d’offres était d’ailleurs très précis, exigeant un «grès […] de couleur et de texture correspondantes à celles des pierres à remplacer, de type « Grès vert de Sillery » et extrait sans dynamitage». De plus, des normes techniques d’absorption d’humidité, de densité et de résistance à la compression étaient aussi mentionnés… et la pierre Bluestone, finalement choisie pour rénover la Citadelle de Québec, ne respecte aucun de ces critères physiques !

Interrogé par Radio-Canada la Défense nationale a répondu que ces précisions ont été insérés «à titre d’information seulement afin que la couleur et texture de la pierre sélectionnée ressemblent aux pierres à remplacer».

Deux laboratoires, le Laboratoire d’expertises de Québec et la firme EXP, ont vérifié les informations de l’entreprise québécoise qui produit toujours la pierre Grès de Sillery et les résultats sont sans équivoques.

En mélangeant les deux types de pierres, ce serait la structure même de l’édifice qui serait en question à en croire un architecte contacté par Radio-Canada. Puisque les deux pierres n’ont pas les mêmes caractéristiques physiques, leur interaction est imprévisible !

Encore plus fort, l’architecte engagé a proscrit l’utilisation de la pierre bleue de Pennsylvanie car «la pierre de grès de type Pennsylvania Bluestone n’est pas un produit acceptable de remplacement en raison de sa couleur».

Le maire de Québec Régis Labeaume a remis en cause le processus d’appel d’offres. Il s’étonne en se demandant «comment on peut en arriver à un résultat comme ça. C’est assez incroyable».

Lors de la Période de questions, aujourd’hui, à la Chambre des Communes, le député conservateur de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis Steven Blaney, a directement interpellé le Premier ministre Justin Trudeau : «Il est encore temps de faire marche arrière pour restaurer l’intégrité de la Citadelle. Qu’attend le premier ministre pour agir et prendre au sérieux notre patrimoine national?»

Cependant, le Premier ministre a botté en touche en répondant que le soumissionnaire est «tenu de respecter les lignes directrices, afin de garantir que le statut de l’UNESCO sera respecté et maintenu. Le Ministère s’assure de faire un suivi rigoureux, car nous comprenons à quel point c’est important pour la ville».

Le ministre Jean-Yves Duclos, également député de Québec, a soulevé cette question directement avec le ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan.

Finalement, devant les préoccupations soulevées et devant le verdict unanime des deux laboratoires, des vérifications seront menées pour vérifier que les normes du devis sont ou ne sont pas respectées.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.