Le Cambodge propose à Washington une reprise des recherches des soldats disparus

0
Des marines sud-vietnamiens se précipitent vers un hélicoptère de l’armée américaine après un raid à l’est de la ville cambodgienne de Prey-Veng pendant la guerre du Vietnam. (Nick Ut/Associated Press)

Le Premier ministre cambodgien Hun Sen a proposé samedi de reprendre la coopération avec un programme américain de recherche des restes des soldats américains disparus pendant la guerre du Vietnam.

Hun Sen a exprimé son intention de réactiver cette « importante » mission dans une lettre publiée par l’organe du gouvernement Fresh News Saturday et reproduite sur sa page officielle Facebook.

Ce programme « s’est poursuivi avec succès pendant de plus de 30 ans, avant d’être suspendu », a souligné Hun Sen, ajoutant que le gouvernement reprendrait la coopération avec la mission de recherche dans « un esprit de compassion ».

La lettre est adressée à deux parlementaires américains qui avaient effectué une visite au Cambodge avant les législatives de juillet, un scrutin controversé qui avait permis au parti de Hun Sen de remporter l’ensemble des sièges au parlement cambodgien. En octobre, ces parlementaires américains ont écrit à Hun Sen à propos d’une relance du programme de recherche.

Les Etats-Unis et l’Union européenne avaient exprimé leur inquiétude à l’issue du scrutin de juillet, qualifié par Washington de « revers le plus cinglant » de la démocratie cambodgienne.

Les recherches, qui ont permis de retrouver les restes de 42 soldats américains au Cambodge ont été suspendues en septembre 2017. Hun Sen avait mis fin à cette coopération après que Washington eut cessé de délivrer des visas à des responsables cambodgien de haut rang, une mesure de représailles prise en raison du refus temporaire du Cambodge d’accueillir des Cambodgiens expulsés des Etats-Unis pour crimes.

Hun Sen a également accusé les Etats-Unis d’avoir aidé un dirigeant de l’opposition accusé de trahison, des allégations qualifiées d’absurdes par l’ambassadeur américain de l’époque.

Le paroxysme des tensions entre les deux pays a été atteint avec les élections législatives de juillet, qui ont vu la victoire écrasante du parti de Hun Sen après que la Cour suprême eut dissout le principal parti de l’opposition.

Après avoir remporté la victoire, l’homme fort du Vietnam a cependant demandé la grâce pour les militants de l’opposition qui avaient été arrêtés dans le cadre d’une vague de répression avant le scrutin.

Selon des experts, Hun Sen chercherait à se prémunir contre des conséquences comme de possibles sanctions commerciales qui pourraient être décrétées par l’Union européenne, bien qu’il nie farouchement être soumis à des pressions internationales.

Les bombardements américains au Cambodge pendant la guerre du Vietnam (1963 – 1975) demeurent un sujet sensible dans le pays.

Après la guerre froide, les Etats-Unis ont été l’un des principaux pays apportant une aide au Cambodge, mais ces dernières années, Phnom Penh s’est surtout tourné vers la Chine, son principal partenaire commercial, en outre peu regardant pour ce qui concerne le respect des droits de l’homme.

Les commentaires sont fermés.