Échanges peu diplomatiques entre ministres chinois et américain

0
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi (D) s’entretient avec le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo avant leur rencontre à Pékin le 8 octobre 2018. (POOL/AFP/Daisuke Suzuki)

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo et son homologue chinois Wang Yi se sont livrés lundi à des échanges peu diplomatiques à Pékin, quelques jours après une dénonciation en règle de la politique chinoise par le vice-président des Etats-Unis Mike Pence.

De passage à Pékin au terme d’une tournée asiatique qui l’a amené à rencontrer notamment le numéro un nord-coréen Kim Jong Un, M. Pompeo a entendu le ministre chinois des Affaires étrangères lui reprocher les dernières mesures prises par Washington, de la guerre commerciale aux ventes d’armes à l’île rivale de Taïwan.

« Ces mesures nuisent à la confiance mutuelle et jettent une ombre sur l’avenir des relations sino-américaines, ce qui va totalement à l’encontre des intérêts des deux peuples », a déploré M. Wang devant les journalistes au début de l’entretien avec son homologue américain.

« Nous exigeons que les Etats-Unis cessent ces actions malavisées », a-t-il martelé, invitant les deux pays à coopérer afin d’éviter « de tomber dans le conflit et la confrontation ».

Tout aussi direct, le chef de la diplomatie de Donald Trump, qui n’a pas été reçu par le président Xi Jinping, a reconnu que les deux pays avaient « des désaccords fondamentaux ».

« Nous sommes très préoccupés par les mesures adoptées par la Chine et je me félicite de pouvoir en discuter aujourd’hui car il s’agit d’une relation extrêmement importante », a-t-il dit.

La visite de Mike Pompeo survient quatre jours après le discours de Mike Pence qui s’est livré à un réquisitoire tous azimuts contre la Chine, accusée notamment de chercher à faire perdre les prochaines élections à Donald Trump.

Mike Pompeo a regretté devant son homologue l’annulation – selon lui par la Chine – d’une rencontre entre les ministres de la Défense des deux pays, qui devait avoir lieu en octobre à Pékin.

Cet entretien « n’a pas été annulé par les Chinois. C’est un fait », a rétorqué Wang Yi.

Les commentaires sont fermés.