34 GBC: la popularité des Journées portes ouvertes de la Réserve continue de grandir (PHOTOS)

0

Résultante probablement de la visibilité de nos militaires récemment dans les opérations domestiques et de leurs efforts pour se mieux faire connaître de la population, la Journée portes ouvertes de l’Armée canadienne maintient sa popularité sur le territoire du 34e Groupe‑brigade du Canada, la formation de la Réserve de l’Armée de la 2e Division.

Samedi le 29 septembre, les 14 unités de réserve de l’Armée de la région de Montréal, comme la plupart des unités à travers le Québec et le Canada, ouvraient leurs portes afin de montrer le travail que les réservistes accomplissent pour les Québécois et les Québécoises par l’entremise de démonstrations interactives, de discussions passionnantes et d’activités diverses.

Le nombre de visiteurs, 2 300, a légèrement dépassé celui de l’an dernier, qui était de 2 200. Les visiteurs étaient assez également répartis entre les diverses unités qui ont reçu près de 200 visiteurs chacune en moyenne.

La palme revient toutefois aux Fusiliers Mont-Royal, qui ont reçu plus de 400 visiteurs, en partie grâce à l’emplacement stratégique de leur manège, rue Des Pins, à quelques pas de la rue Saint-Denis.

Cette deuxième journée portes ouvertes de 2018 montrait également les nombreuses occasions d’emploi offertes dans la Réserve de l’Armée. Les visiteurs ont pris des formulaires d’enrôlement par dizaines, mais on ne connaîtra les résultats précis en terme d’enrôlement que lorsque l’Armée recevra les formulaires remplis avec mention de l’endroit où le postulant a pris le formulaire.

Mais, d’ores et déjà, les chiffres de recrutement atteindraient en ce moment le chiffre total de l’an dernier, alors qu’il reste encore 6 mois à l’année de recrutement qui va d’avril à mars, selon le capitaine Pierre Leblanc du 34e Groupe‑brigade du Canada, pour qui tout est dans la visibilité.

Les manèges des Réservistes, à l’exception de certains lieux historiques, comme le manège des Voltigeurs à Québec, sont bien moins visibles et connus que les bases des Forces régulières, souligne le responsable des Affaires publiques qui porte maintenant l’uniforme depuis trente ans.

De plus, toute l’année, les réservistes entrent habituellement dans leur manège respectif en tenue civile, se changent pour se livrer à leurs activités, puis endossent de nouveau leurs habits civils avant de quitter le manège. Contrairement à bien des pays, les Québécois et Québécoises ne voient pas souvent d’hommes et de femmes en uniformes dans les rues de leurs villes.

C’est pourquoi la direction du 34 GBC recommandera encore à l’avenir aux unités, et c’est là «la leçon apprise» majeure de cette année, non seulement d’ouvrir grandes les portes de leurs manèges, mais d’avoir des soldats en uniforme bien visibles à l’entrée de ceux-ci, comme c’était le cas cette année rue des Pins, au manège des Fusiliers Mont-Royal, où les sentinelles attiraient le regard… et les visiteurs qui pourront rencontrer les centaines de réservistes présents afin de les accueillir, répondre à leurs questions et de démontrer de quelle façon ils et elles sont Forts Fiers Prêts!

Les Réservistes, en bref

Les réservistes de l’Armée travaillent à temps partiel pour l’Armée canadienne, généralement un soir par semaine et une fin de semaine par mois, tout en conservant des emplois civils à temps plein ou en étudiant à temps plein.

Les réservistes participent régulièrement à des exercices d’entraînement et fournissent du soutien essentiel aux opérations nationales, comme en apportant de l’aide pour combattre les incendies de forêt en Colombie-Britannique et les inondations au Québec. Ils collaborent également avec leurs homologues de la Force régulière sur des opérations internationales en Lettonie et en Ukraine.

Les réservistes occupent une variété de métiers, notamment les armes de combat (infanterie, arme blindée, artillerie), le génie, les transmissions de l’Armée (technologie de l’information) et différents rôles de soutien actif (logistique, ressources humaines, finance).

Dans le cadre de la politique de défense Protection, Sécurité, Engagement, l’Armée canadienne vise à à accroître la taille de la Réserve de l’Armée et à réduire à quelques semaines la durée du processus d’enrôlement.

Il y a des unités de la Réserve de l’Armée canadienne dans l’ensemble du Canada et 97 % de la population canadienne vit à moins de 45 minutes d’un manège militaire de la Réserve.

Ici, le 34e Groupe‑brigade du Canada regroupe plus de 2000 miliciens et miliciennes provenant de toutes les couches de la société.

Les unités de la Réserve du 34 GBC sont The Royal Canadian Hussars (Montreal), le Régiment de Hull, le 2e Régiment d’artillerie de campagne, ARC, le 34e Régiment du génie de combat, The Canadian Grenadier Guards, The Black Watch (Royal Highland Regiment) of Canada, le 4e Bataillon, Royal 22e Régiment, le 6e Bataillon, Royal 22e Régiment, les Fusiliers Mont-Royal, le Régiment de Maisonneuve, The Royal Montreal Regiment, le 34e Bataillon des services et le 34e Régiment des transmissions.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.